•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Finie la piscine sans parents pour les jeunes de 6 ans à Montréal

Un sauveteur nettoie la piscine Laurier, à Montréal
Un sauveteur de la piscine Laurier, à Montréal Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Depuis cet été, un enfant de 6 ans ne peut plus accéder seul aux piscines montréalaises. L'administration de Valérie Plante a décidé de rehausser l'âge minimum à 8 ans pour des raisons de sécurité.

Un texte de Romain Schué

Avoir 8 ans n’est cependant pas l'unique critère pour laisser un enfant entrer sans accompagnateur sur les lieux d'une des 48 piscines intérieures et des 74 piscines extérieures situées sur le territoire de la Ville de Montréal.

Le jeune baigneur doit notamment savoir nager, s’orienter sur le site et pouvoir se rendre aux toilettes sans aide.

Si un enfant de 8 ans ne sait pas nager, il pourra néanmoins accéder à la piscine à condition d’avoir la grandeur minimale indiquée à l’entrée de l’installation.

Dans les faits, selon les directives de la Ville de Montréal, l’enfant doit mesurer 15 cm de plus « que la section la plus profonde de la partie peu profonde », afin de pouvoir se relever, respirer et s’exprimer librement sans avoir de l’eau dans le visage.

Taille minimale variable

Cette taille minimale peut varier selon la profondeur du bassin et les directives de chaque arrondissement.

Villeray–Saint-Michel-Parc-Extension exige par exemple une grandeur d’au moins 1,25 mètre pour les installations extérieures et de 1,45 mètre pour les piscines intérieures. Cette dernière taille est également mise de l’avant par des piscines du Plateau-Mont-Royal.

Cette exigence est supérieure à la taille moyenne d’un Canadien de 8 ans, estimée à 1,27 mètre par l’Organisation mondiale de la santé.

L’Aquadôme de LaSalle indique quant à lui qu’un baigneur doit mesurer au moins 1,32 mètre pour se rendre dans le bassin récréatif et 1,22 mètre pour utiliser la grande glissoire.

À la piscine du Parc Olympique, qui est gérée par Québec, aucun critère de taille n’est demandé. Les enfants âgés d’au moins 8 ans peuvent utiliser ces installations sans être accompagnés.

Un règlement revu à plusieurs reprises

Les critères d’accès aux piscines de Montréal ont changé à plusieurs reprises ces dernières années.

Avant la saison estivale 2017, l’administration de Denis Coderre avait déjà revu ce règlement, en permettant aux enfants de 6 ans de se baigner seuls à condition de savoir nager ou d’avoir la taille minimale requise.

Un an plus tôt, aucun critère d’âge n’était pris en compte. L’entrée pour un enfant seul était uniquement jugée en fonction de sa taille, peu importe qu’il soit capable de se débrouiller dans l’eau ou non.

Appui de la Société de sauvetage

Pour justifier cette décision, la Ville de Montréal affirme avoir « passé en revue les pratiques et les obligations de surveillance des gestionnaires aquatiques ».

« Bien que l'on observe certaines variations dans l'âge minimum requis, les pratiques dans les autres villes démontrent que l'âge d'accès seul à une piscine se situe en moyenne vers 8 ou 9 ans », explique Audrey Gauthier, porte-parole de la Ville.

Cette dernière précise que la métropole souhaite « offrir les meilleures conditions d’une baignade en toute sécurité à tous les usagers » et que c'est pour cette raison qu'elle a jugé « préférable » de hausser l'âge minimum.

Cette décision est appuyée par la Société de sauvetage du Québec.

« À 6 ans, la plupart des enfants n’atteignent pas 1,20 mètre, alors qu'à 8 ans, l'enfant est plus grand. S'il ne touche pas le fond à certains endroits et qu’il ne sait pas nager et se déplacer, le risque [de noyade] est plus important », souligne le directeur de l’organisme, Raynald Hawkins.

Selon lui, rehausser le critère d’âge minimum permet de limiter les risques, mais n’offre cependant pas une pleine garantie.

« Il y a des préposés à la surveillance, mais la meilleure paire d’yeux pour surveiller son enfant, c’est celle des parents, clame-t-il. Malheureusement, certains considèrent les piscines comme des camps de jour. On y dépose l’enfant et on vient le récupérer plus tard. »

Grand Montréal

Société