•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles images chocs contre la cigarette

Image d'un paquet de cigarettes avec une image choc montrant un homme avec une poche pour colostomie.
Le gouvernement fédéral met à l'essai de nouvelles images de mise en garde sur les emballages de cigarettes. Sur celle-ci, un homme tient une poche pour colostomie. On peut lire que « les fumeurs pourraient devoir faire leurs besoins dans un sac jusqu'à la fin de leurs jours ». Photo: La Presse canadienne
La Presse canadienne

Le gouvernement fédéral met à l'essai de nouvelles images de mise en garde sur les emballages de cigarettes, mais le message demeure clair : fumer est mauvais pour la santé et peut causer des ravages ailleurs que dans les poumons.

Une de ces images montre le torse d'une femme avec une cigarette qui lui brûle la vessie à travers ses sous-vêtements. Une autre présente un homme tenant une poche pour colostomie avec une inscription prévenant que le fumeur pourrait devoir faire ses besoins dans un sac jusqu'à la fin de ses jours. Un autre homme, nu, tient une affiche « hors d'usage » devant ses parties génitales.

Ces nouvelles mises en garde ont été présentées à des groupes cibles un peu partout au Canada. Elles visent à renforcer le message sur les risques du tabagisme tout en informant le public sur certaines conséquences moins connues.

Les Canadiens ont affirmé que les images chocs liées aux risques sur la santé sont plus efficaces pour les dissuader de fumer que les slogans clichés.

Les mises en garde considérées comme les plus efficaces ciblent des problèmes de santé causés par le tabagisme, comme le cancer colorectal ou le cancer de l'estomac, de même que des maladies de la bouche ou des problèmes sanguins.

Ces avertissements sont illustrés par des photos très crues montrant de véritables victimes de ces maladies.

Des jeunes ainsi que des adultes, fumeurs et non fumeurs, ont été invités à donner leurs impressions au sujet de 39 images de mises en garde et 11 messages potentiels.

Les séances de discussion des groupes cibles ont eu lieu l'hiver dernier à Halifax, Toronto, Vancouver et Québec.

Dans la loi actuelle, 16 mises en garde différentes doivent apparaître de manière aléatoire sur les emballages de produits du tabac.

Des images choisies par les citoyens

Les jeunes participants, âgés de 15 à 19 ans, ont mentionné avoir appris de nouvelles informations. Notamment sur le fait que le cancer colorectal pouvait entraîner la pose d'une poche pour colostomie. Le fait que régurgiter du sang puisse être un symptôme de cancer de l'estomac était aussi méconnu. D'autres jeunes ont dit découvrir que le tabac pouvait causer des dysfonctions érectiles.

Les slogans jugés moins efficaces sont ceux qui clament des messages généraux comme « Fumer peut tuer » ou « Vous pensiez l'essayer juste une fois? ».

Des participants ont dit trouver moins crédibles des images qu'ils jugeaient moins réalistes. Par exemple, la photo d'un pied atteint de gangrène était moins efficace, puisque certains ont mis en doute que la cigarette puisse en être la seule responsable. Plusieurs connaissaient les risques sur les vaisseaux sanguins, mais ne savaient pas qu'une mauvaise circulation pouvait entraîner la gangrène ni même ce qu'était la gangrène.

Des images réelles

Ce ne serait pas la première fois que Santé Canada publie la photo de réelles victimes malades sur des emballages de cigarettes. En 2004, Barb Tarbox, une militante antitabac décédée d'un cancer à l'âge de 42 ans, s'est retrouvée au cœur d'une campagne de sensibilisation.

David Hammond, professeur à la Faculté de santé publique de l'Université de Waterloo, décrit les paquets de cigarettes comme de « petits panneaux d'affichage ambulants » qui circulent dans la poche de millions de personnes à travers le pays.

« Les fumeurs n'aiment pas vraiment les jolis slogans qui riment, et je crois, entre autres, que c'est parce qu'ils reconnaissent que ce n'est pas une réclame pour un produit, analyse M. Hammond. Il s'agit d'un enjeu sérieux qui concerne leur santé, et c'est pourquoi ils préfèrent les messages directs. »

Les cigarettiers ont contesté devant les tribunaux les mises en garde imposées par plusieurs États et pays, dont le Canada. Les compagnies prétendent qu'elles sont « antitabacs », explique David Hammond qui a agi comme témoin expert pour le gouvernement du Canada dans un dossier sur les emballages de cigarettes.

Santé