•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pont Champlain : le ministre Champagne souhaite livrer le projet à temps

Vue aérienne du chantier du nouveau pont Champlain
Le pont de 4,2 milliards de dollars doit être achevé en décembre, cette année. Photo: Radio-Canada
La Presse canadienne

Le nouveau ministre fédéral des Infrastructures, François-Philippe Champagne, a l'intention de rencontrer les gens qui supervisent la construction du nouveau pont Champlain, à Montréal, pour trouver des moyens de livrer le projet à temps, si les entrepreneurs envisagent des retards.

Le pont de 4,2 milliards de dollars doit être complété en décembre, cette année.

En mai, un rapport du vérificateur général avait soulevé des doutes sur la possibilité de terminer les travaux d'ici le 21 décembre et la grève des grutiers survenue en juin a d'autant plus mis de la pression sur le consortium pour qu'il respecte l'échéance.

François-Philippe Champagne, qui vient d'être nommé à son poste, ne sait pas si les travaux peuvent être accélérés suffisamment pendant l'été pour rattraper le temps perdu. Il veut attendre de rencontrer tous les acteurs concernés avant de se prononcer.

« Quand je vois les problèmes, et les grèves pendant cette période, qui est la saison de construction optimale, où nous en faisons davantage en raison de notre climat, je voudrais comprendre l'impact très clairement avant d'arriver avec une date », a-t-il confié en entrevue vendredi.

Le député québécois, qui était auparavant ministre du Commerce international, a passé la majeure partie de sa journée de vendredi à parler aux intervenants provinciaux, territoriaux et municipaux qui sont impliqués dans les dossiers touchant les infrastructures.

Le gouvernement fédéral a réservé 187,7 milliards de dollars sur les 12 prochaines années, mais selon le dernier budget fédéral, environ le quart des dépenses prévues entre 2016 et 2019 a été repoussé à des années ultérieures.

Les dépenses en infrastructures font souvent l'objet de retards, parce que l'argent n'est pas investi jusqu'à ce que les villes et les provinces soumettent les reçus.

Le nouveau ministre veut d'ailleurs intervenir pour dépenser plus rapidement les montants investis, ce qui pourrait s'avérer avantageux pour le gouvernement libéral, qui se retrouvera à annoncer des montants en 2019, une année électorale.

M. Champagne pourra faire quelques annonces au Québec, une province cruciale pour les libéraux qui a signé une entente de 10 ans avec le gouvernement fédéral sur les infrastructures.

Pour ce faire, le ministre indique qu'il a l'intention de se concentrer sur des projets urgents. Mais il ne va pas plus loin pour l'instant, soulignant qu'il a besoin d'en savoir davantage sur ce dossier avant d'arriver à d'autres propositions.

« Vous trouverez certainement en moi quelqu'un qui est extrêmement engagé à diminuer les écarts... entre ce qu'on a promis de faire et les travaux et pour s'assurer que ces projets soient livrés », a-t-il conclu.

Vers un futur pont Champlain

Infrastructures

Politique