•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inquiétudes concernant le futur point de vente de cannabis à Rimouski

Le point de vente sera situé rue Saint-Germain Ouest.

Le point de vente de la SQDC sera logé au 110-1, alors que le Club de boxe Rimouski est au 110 rue Saint-Germain Ouest

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Radio-Canada

Le propriétaire du Club de boxe Rimouski, Pierre Messier, ainsi que les responsables de la Commission scolaire des Phares critiquent le choix de l'emplacement du futur magasin de la Société québécoise du cannabis (SQDC) à Rimouski.

Un texte d'Isabelle Larose avec les renseignements d'Isabelle Damphousse

Le club de boxe, qui accueille des jeunes du primaire et du secondaire inscrits au programme de sports-études trois fois par semaine, est voisin de l'emplacement choisi par la SQDC. Il est situé au 110, rue Saint-Germain Ouest.

L'endroit du point de vente est très inapproprié selon moi, soutient Pierre Messier.

Le propriétaire du Club de boxe Rimouski

Le propriétaire du Club de boxe Rimouski déplore ne pas avoir été consulté, même si son local est voisin du futur point de vente de cannabis

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

M. Messier aurait souhaité être consulté par la Ville de Rimouski et la SQDC concernant l'installation prochaine de la succursale dans le local voisin du sien.

Le propriétaire ne m'a pas avisé, la Ville ne m'a pas avisé, la Société ne m'a pas avisé. J'ai appris ça par un boxeur quand c'est sorti dans les médias.

Pierre Messier, propriétaire du Club de boxe Rimouski

Le président de la Commission scolaire des Phares, Gaston Rioux, partage l'inquiétude du propriétaire du Club de boxe Rimouski.

M. Rioux souhaite se pencher sur le dossier. On va vérifier avec les gens de la Société du cannabis s'[ils souhaitaient vraiment installer leur] local à cet endroit-là, à proximité du Club de boxe, dit-il. À partir du moment où nos jeunes sortent à l'extérieur de nos écoles, c'est sûr qu'on s'organise pour qu'ils soient en sécurité et qu'ils ne soient pas exposés à des dangers de toutes sortes.

Le maire n'y voit pas de problème

De son côté, le maire de Rimouski, Marc Parent, se dit surpris d'apprendre que l'emplacement du magasin crée un mécontentement.

Selon lui, les sportifs ne représentent pas une clientèle à risque. La Ville a participé aux discussions avec la Société québécoise du cannabis pour s'assurer que le secteur choisi soit loin des écoles, des garderies et des centres qui accueillent des clientèles aux prises avec des problèmes de dépendances.

Marc Parent, maire de Rimouski

Marc Parent, maire de Rimouski

Photo : Radio-Canada

On sait tous que les sportifs en général, soutient M. Parent, surtout les sportifs de haut niveau, sont des gens qui accordent une certaine importance aux saines habitudes de vie. On sait que la boxe, c'est extrêmement exigeant. Nous avons proposé un certain zonage à la SQDC.

Clairement, les sportifs de haut niveau, je ne les considère pas du tout comme des clientèles à risque.

Marc Parent, maire de Rimouski

Le maire de Rimouski a fixé une rencontre mardi prochain avec Pierre Messier.

La distance minimale ne s'applique pas

La loi stipule que les magasins de la Société québécoise du cannabis ne peuvent pas être établis dans un périmètre de 250 mètres d'une école.

La SQDC ne considère pas le Club de boxe Rimouski comme un établissement scolaire même s'il est fréquenté par des jeunes du primaire et du secondaire.

Le porte-parole de la SQDC, Mathieu Gaudreault, tient à rappeler que les jeunes de moins de 18 ans ne pourront pas entrer dans les magasins, que les produits ne seront pas visibles de l'extérieur et que l'affichage extérieur sera discret.

Bas-Saint-Laurent

Éducation