•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier cryptocafé ouvrira ses portes à Montréal

L'équipe du premier cryptocafé de Montréal. De gauche à droite : Sam Abtahi, technicien, Jonathan Duguay, copropriétaire, et Rod Leider, copropriétaire.

L'équipe du premier cryptocafé de Montréal. De gauche à droite : Sam Abtahi, technicien, Jonathan Duguay, copropriétaire, et Rod Leider, copropriétaire.

Photo : Radio-Canada / Dominique Brunet-Vaudrin

Radio-Canada

À première vue, le cryptocafé a tout d'un café normal. Un comptoir pour commander y est installé avec quelques tables et des chaises. C'est à l'arrière que la différence est perceptible, là où se trouve la salle des serveurs pour produire de la cryptomonnaie.

Un texte de Dominique Brunet-Vaudrin

Les copropriétaires, Jonathan Duguay et Rod Leider, ont décidé d’ouvrir ce commerce dans l'arrondissement de Ville-Marie pour faire connaître la monnaie virtuelle aux néophytes et les encourager à investir dans cette industrie. « Notre but, c’est d’accueillir monsieur, madame Tout-le-monde et de leur montrer ce qu’est la cryptomonnaie et le minage », explique Jonathan Duguay.

On va aussi organiser des ateliers d’apprentissage. Des professionnels de la technologie vont venir parler. Alors, que tu aies 75 ans ou que tu aies 18 ans, tu peux venir assister à ces ateliers gratuits.

Jonathan Duguay, copropriétaire du cryptocafé.

Les clients du cryptocafé, qui ouvrira ses portes cette semaine, pourront acheter des cartes graphiques qui servent au minage de la cryptomonnaie, c’est-à-dire à la production de monnaie virtuelle. Ces dernières sont insérées dans des serveurs à l’arrière du café.

Une mine de cryptomonnaieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dépouillé à ses locaux, une victime de vol raconte.

Photo : Radio-Canada / Bahador Zabihiyan

À l’aide de calculs complexes, les cartes graphiques permettent de sécuriser les transactions en cryptomonnaies et de les enregistrer dans un registre public appelé chaînes de blocs.

« Comme les clients vont mettre leur carte graphique à la disposition du réseau, ils vont recevoir des ethereums [type de cryptomonnaie] en guise de récompense. Ils pourront par la suite les échanger en argent canadien », explique Sam Abtahi, technicien au cryptocafé. Les cartes graphiques seront vendues environ 500 $ chacune.

Risques de sécurité

L’industrie de la cryptomonnaie est très peu encadrée au Canada. L’Autorité des marchés financiers (AMF) met en garde les investisseurs quant aux risques associés à la monnaie virtuelle.

« Il y a plusieurs risques : de liquidités, de vols, de pertes, des risques technologiques et juridiques également. Un des plus importants, c’est le risque de volatilité. La valeur d’une cryptomonnaie est déterminée par l’intérêt du public », soutient Frédéric Pérodeau, surintendant de l'assistance aux clientèles et de l'encadrement de la distribution à l'AMF.

« L’Autorité des marchés financiers veut s’assurer que les gens qui prendront la décision d’investir dans ce domaine vont bien en comprendre le fonctionnement », ajoute-t-il.

Pour ce qui est du cryptocafé, l'entreprise n'offre pas d'assurance en cas de pertes financières liées à la volatilité de la cryptomonnaie. Elle offre toutefois une assurance matérielle en cas de vol, de vandalisme ou de dégât d’eau. Si un incident se produit, les cartes graphiques seront remboursées aux clients.

Cryptomonnaies

Économie