•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Notre édition week-end

Radio-Canada

Explication du conflit malien auquel participera le Canada. Où tombent les météorites sur Terre? L'intelligence artificielle pourrait remplacer les rats dans les laboratoires. Voici nos suggestions de lecture du week-end.

1. Que se passe-t-il au Mali qui nécessite l'aide de soldats canadiens?

Des soldats portant le béret bleu de l'ONU en rang à l'extérieur d'une base militaire au Mali.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des soldats de la MINUSMA mobilisés au Mali

Photo : Getty Images / Sebastien Rieussec

Nouvellement arrivées au Mali, les troupes canadiennes participant à la mission de l'ONU prendront part à un conflit qui a de profondes racines historiques et politiques et qui dure depuis plusieurs décennies. Analyse.

Un texte de Jean-Philippe Guilbault

LIRE LA SUITE »


2. L'intelligence artificielle plutôt que des rats de laboratoire

Un rat albinos dans la main d'un chercheurAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des chercheurs estiment que l'intelligence artificielle est aussi efficace que des tests sur les animaux pour vérifier les dangers d'un composé chimique en laboratoire.

Photo : iStock

Des chercheurs ont démontré que l'intelligence artificielle serait en mesure de prédire certains aspects de la toxicité d'un produit, éliminant ainsi la nécessité de le tester sur des animaux. Cette méthode ne pourra toutefois être utilisée que pour remplacer des tests bien précis.

Par Renaud Manuguerra-Gagné

LIRE LA SUITE »


3. Où tombent les météorites sur Terre?

Un assortiment de roches étranges, dont l'une qui est très ronde.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des fragments de météorites au musée du Manitoba qui sont bien plus grandes que Les perséides, qui sont des fragments de comète qui ne dépassent pas la taille d'un petit pois.

Photo : Radio-Canada / Thomas Asselin

Depuis la nuit des temps, l'humanité assiste à un spectacle impressionnant : l'apparition dans le ciel de traînées lumineuses dont certaines terminent leur course quelque part sur la surface de la Terre.

Par Alain Labelle

LIRE LA SUITE »


4. Vieux os de dinosaures, nouvelles technologies

Un fossile dans un appareil d’imagerie médicaleAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Grâce à des techniques d’imagerie médicale, on arrive à reconstituer la taille du cerveau de dinosaures, à en déduire la puissance de leur odorat et leurs techniques de chasse.

Photo : François Therrien

Notre connaissance des dinosaures qui ont peuplé la terre il y a des dizaines de millions d'années se raffine à la vitesse grand V. On arrive à mieux déterminer leur apparence, mais aussi leurs capacités et leur mode de vie. Ces progrès fulgurants de la science découlent de l'adoption par les paléontologues de nouvelles technologies.

Par Jean François Bouthillette

LIRE LA SUITE »


5. De fausses chenilles pour étudier les vrais impacts de la biodiversité

Une fausse chenille dans un arbreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des chenilles en pâte à modeler sont installées sur des branches d’arbre dans différents parcs de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Renaud Manuguerra-Gagné

Des appâts bien spéciaux se retrouvent dans les parcs de la région de Montréal cet été : des chenilles en pâte à modeler. Cette technique, en apparence simple, va permettre de mieux comprendre comment la biodiversité des plantes urbaines influe sur la présence de prédateurs qui contrôlent les insectes nuisibles.

Par Renaud Manuguerra-Gagné

LIRE LA SUITE »


6. Sauver les abeilles et son village en même temps

Un homme et une femme portant des filets et des vêtements adaptés, manipulent une ruche remplie d'abeilles dans un champ.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Deux habitants de Bolton-Est manipulent une ruche d'abeilles.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Touchette

Quand il a lancé son projet d'apiculture communautaire à Bolton-Est en Estrie, Alain Déry était loin de savoir jusqu'où ses abeilles allaient le mener. S'il était convaincu du pouvoir d'attraction du miel, il a été surpris de voir à quel point ses concitoyens se sont impliqués dans le projet.

Par Alexandre Touchette

LIRE LA SUITE »


Bonne lecture... et à la semaine prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société