•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rare procès en français à l'Île-du-Prince-Édouard

La Cour provinciale de l'Île-du-Prince-Édouard, à Charlottetown.

La Cour provinciale de l'Île-du-Prince-Édouard, à Charlottetown.

Photo : Radio-Canada / François Pierre Dufault

Radio-Canada

La Cour provinciale de l'Île-du-Prince-Édouard fait appel à un juge du Nouveau-Brunswick pour entendre, en français, la cause d'un homme de Charlottetown accusé de conduite en état d'ébriété.

Un texte de François Pierre Dufault

Il est très rare qu'un procès en français se tienne dans la province insulaire.

L'ancien juge en chef de la Cour provinciale du Nouveau-Brunswick, Pierre Arseneault, aujourd'hui juge surnuméraire, a accepté d'entendre la cause.

C'est la défense qui a demandé un procès en français pour son client Cyusa Dylan Werabe. L'homme de 19 ans a plaidé non coupable à deux chefs d'accusation de conduite en état d'ébriété.

Le procès doit débuter le 1er octobre au palais de justice de Charlottetown.

Un agent du service de police de Charlottetown a intercepté Cyusa Dylan Werabe alors qu'il circulait au centre-ville, le matin du 10 mars dernier. Le jeune homme avait deux fois la limite permise d'alcool dans son sang, selon le rapport de police.

Le français au coeur de la défense

Pour mon client, un procès en français fait vraiment partie de sa défense. C'est la raison pour laquelle nous avons voulu procéder de cette manière, explique l'avocat de la défense, Derek Bondt. Mon client est francophone et c'est important pour lui de procéder en français pour qu'il comprenne bien ce qui se passe avec son dossier.

Le procureur de la Couronne est, pour sa part, bilingue.

La Cour provinciale de l'Île-du-Prince-Édouard devra également faire appel à un service de traduction simultanée pour les témoins unilingues anglophones qui comparaîtront durant le procès.

Le Code criminel canadien garantit à l'accusé le droit de subir son procès dans la langue officielle de son choix, peu importe où il se trouve au pays.

Le juge Pierre Arseneault a été juge en chef de la Cour provinciale du Nouveau-Brunswick de 2014 à 2017.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Île-du-Prince-Édouard

Francophonie