•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Depuis longtemps, Percé et la Gaspésie invitent le monde à les découvrir

    La ville de Percé en Gaspésie abrite le fameux rocher Percé découvert par l'explorateur Jacques Cartier.

    Le rocher Percé est parmi les principales attractions touristiques de la ville de Percé.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    La ville de Percé compte parmi les endroits emblématiques du tourisme au Québec. Nos archives montrent que ce n'est pas d'hier que l'on vient d'un peu partout pour admirer ses attraits.

    Un trésor situé à la pointe de la Gaspésie…

    C’est à 750 kilomètres à l’est de la ville de Québec, à la pointe de la péninsule gaspésienne, que l’on retrouve la ville de Percé. Depuis longtemps, ce lieu est incontournable pour ceux et celles qui aiment les environnements maritimes et l’air salin.

    Ce qui attire le touriste, c’est aussi un ensemble de sites naturels hors du commun.

    Il y a pour commencer l’incontournable rocher Percé. C'est un bloc de calcaire long de 433 mètres et haut de 85 mètres qui se termine par une arche que l’on surnomme l’Obélisque. Cette arche, qu'érodent la mer et le vent, devrait disparaître dans 400 ans.

    On trouve aussi à Percé le pic de l’Aurore, une falaise de 240 mètres de haut qui plonge dans l’estuaire du fleuve Saint-Laurent.

    Par ailleurs, du haut de ses 340 mètres, le mont Saint-Anne surplombe l’ensemble du site de Percé.

    À cinq kilomètres au large se trouve le sanctuaire ornithologique de l’île de Bonaventure. Rocher dont les falaises rappellent les côtes de l’Écosse ou de l’Irlande, l’endroit abrite la plus grande colonie de fous de Bassan au monde. Une cinquantaine de milliers de couples de ces oiseaux de mer nichent sur cette île.

    Le touriste, qui se rend en bateau pour observer ces animaux, y admirera un spectacle à la fois gracieux et très bruyant!

    …qui aimerait être davantage exploré

    Ces attraits expliquent que Percé a depuis longtemps attiré les amateurs de grands espaces.

    Les habitants de l’endroit ne se plaignent pas du tout de cet afflux de visiteurs. C’est même tout le contraire. Dans les années 1960, par exemple, plusieurs citoyens de Percé espèrent voir se développer davantage l’industrie touristique.

    Présence de l'art, 11 août 1963

    Dans une série d’entrevues présentée à l’émission Présence de l'art et Aujourd’hui du 11 août 1963 et 22 octobre 1965, le journaliste Raymond Laplante recueille les commentaires de ces citoyens.

    Nous vous invitons à remarquer les très belles images en noir et blanc des lieux emblématiques de Percé qu’accompagnent les entrevues de Raymond Laplante.

    Aujourd'hui, 22 octobre 1965

    Percé a beau être un bel endroit l’été, la saison touristique y est courte et le taux de rétention du touriste y est faible. C’est le problème qu’explique le journaliste Pierre Nadeau dans un reportage diffusé par l’émission Panorama, le 12 septembre 1978.

    Le drame de Percé, comme celui des lieux touristiques du Québec, c’est qu’on n'y reste pas. Chaque été, des milliers de personnes partent en caravane serrées sur les routes de la Gaspésie. L’objectif est d’arriver le plus tôt possible au rocher, s’en servir comme fonds de scène pour une photo qu’on s’empressera de ramener à la maison.

    Pierre Nadeau

    Panorama, 12 septembre 1978

    Des efforts réussissent néanmoins au fil du temps à attirer les touristes hors de la saison estivale. On constate par exemple dans les années 1990 un afflux de touristes attirés par les couleurs de l’automne et les encouragements des agences touristiques européennes.

    La journaliste Martine Painchaud souligne le phénomène dans un reportage présenté au Téléjournal le 2 octobre 1994 et animé par Michèle Viroly.

    Ah! la Gaspésie en automne c’était merveilleux. Ces arbres, ces érables, c’est splendide.

    Une touriste européenne

    Téléjournal, 2 octobre 1994

    En 2017, 834 000 personnes ont séjourné en Gaspésie. 80 % des touristes enregistrés par Tourisme Gaspésie provenaient du Québec.

    Les années 2016 et 2017 ont été des saisons touristiques exceptionnelles en Gaspésie. 2018 pourrait aussi se terminer par un même engouement de ceux qui recherchent la beauté et l’aventure.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Art de vivre