•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À moins d'une semaine de l'échéance, Washington tarde à réunir les migrants séparés

Des enfants accompagnés par des adultes à l'extérieur d'un bâtiment en briques.
Le gouvernement américain dispose d'à peine sept jours pour effectuer la réunification de 2500 familles. Photo: Reuters / Loren Elliott

Washington a moins d'une semaine, selon une décision de la cour, pour réunir plus de 2500 familles de migrants séparées à la frontière des États-Unis et du Mexique. Pourtant, seuls les membres de 364 de ces familles ont jusqu'à maintenant pu se retrouver, selon les données de l'agence américaine chargée de l'immigration.

Selon un rapport d'étape transmis dans le cadre de la poursuite entamée par l'Union américaine des libertés civiles (ACLU) pour mettre fin aux séparations des familles à la frontière, il n'est pas possible de savoir combien de familles pourront être réunies au bout du compte.

Du côté de l'agence fédérale Immigration and Customs Enforcement (ICE), on précise que sur 2500 couples jugés potentiellement aptes à récupérer leurs enfants, 848 ont été autorisés à le faire.

Près de 900 autres ont été jugés « inaptes ou pas encore aptes ». La majorité d'entre eux fait encore l'objet d'évaluations pour déterminer si les membres du couple sont bel et bien les parents des enfants, et si les enfants seront en sécurité une fois réunis avec leur famille.

Les avocats de l'ACLU ont de nouveau rendez-vous en cour, vendredi, pour la cinquième fois en deux semaines, alors que le juge responsable du dossier maintient la date limite du 26 juillet pour la réunification de toutes les familles.

Pour les enfants de 5 ans et moins, la justice avait précédemment imposé la réunification au plus tard le 10 juillet, date butoir qui n'a pas été respectée par l'administration Trump.

Le gouvernement a établi cinq installations d'ICE pour y réunir les enfants de plus de 5 ans avec leurs parents, et de nombreuses familles ont été libérées dans le sud-ouest du pays au cours de la semaine.

Lundi, le juge californien responsable du dossier a imposé un gel temporaire des expulsions de parents, tandis que Washington prépare une réponse à une demande de l'ACLU pour que les parents puissent disposer d'au moins une semaine pour décider s'ils demanderont l'asile aux États-Unis après avoir été réunis avec leurs enfants.

Avec les informations de Associated Press, et Reuters

Politique américaine

International