•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Ford commence à renouveler le conseil d’administration d’Hydro One

Une affiche d'Hydro One
Une affiche d'Hydro One Photo: La Presse canadienne / Darren Calabrese

Le gouvernement de Doug Ford nomme Thomas D. Woods au sein du conseil d'administration d'Hydro One après le départ massif des autres membres début juillet.

En tant qu'actionnaire de la société, l’Ontario peut nommer quatre administrateurs, tandis qu'un comité représentant les autres actionnaires peut proposer six candidats.

M. Woods est le premier membre à être nommé par le gouvernement.

M. Woods a mené une carrière de 37 ans au sein de la Banque CIBC et de Wood Gundy, notamment aux postes de directeur financier, de directeur général de la gestion des risques et de vice-président.

Il est, entre autres, membre du conseil d'administration de la Bank of America et de l'Alberta Investment Management Corporation (AIMCo).

Par communiqué, le ministre de l'Énergie, du Développement du Nord et des Mines, Greg Rickford, assure que M. Woods a tous les atouts que l'on cherche chez un directeur principal.

Nous renouvelons la direction d'Hydro One pour diriger l'entreprise d'une main ferme tout en veillant à ce que les contribuables soient toujours respectés , ajoute-t-il.

Un nouveau conseil d'administration sera en place à Hydro One au plus tard le 15 août 2018. Une fois les membres du nouveau conseil d'administration nommé, ils choisiront un directeur général qui deviendra le onzième et dernier membre du conseil.

Un autre rebondissement

Début juillet, Hydro One avait annoncé que le président directeur général de la compagnie, Mayo Schmidt, prenait sa retraite à la suite de négociations entre le nouveau gouvernement provincial et la société de distribution d'électricité.

Le départ massif des dirigeants d’Hydro One a soulevé des doutes sur l’avenir de la compagnie.

Lors de la campagne électorale, Doug Ford avait promis pendant la campagne électorale de remplacer le PDG et le conseil. Il qualifiait M. Schmidt d'« homme à 6 millions de dollars », en référence à son salaire.

Dans son premier projet de loi, le gouvernement Ford a promis un contrôle plus accru du salaire des hauts dirigeants de la compagnie.

Politique provinciale

Politique