•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des résidences menacées par l’érosion à Dolbeau-Mistassini

Une maison en haut des berges érodées
Une maison de la pointe Langevin Photo: Radio-Canada / Mélissa Paradis
Radio-Canada

Des résidents de la pointe Langevin, située à Dolbeau-Mistassini, disent vivre une situation insoutenable en raison de l'érosion des berges du lac Saint-Jean dans ce secteur.

Plusieurs résidences sont menacées. Elles se retrouvent maintenant dans un périmètre de sécurité érigé par la Ville.

Ce périmètre devra toutefois être reculé de 20 mètres à compter du mois de février puisque c’est au printemps que le phénomène d’érosion est le plus sévère. C’est du moins ce que recommande la firme WSP à la suite d’une étude sur cette problématique réalisée pour le compte de Rio Tinto.

Une clôture sur la plageLa Ville de Dolbeau-Mistassini a installé une clôture le long des terrains menacés. Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Devant les conclusions de l’étude, Dolbeau-Mistassini a demandé à la sécurité civile et au ministère des Transports d’effectuer des expertises sur place afin de déterminer si le danger est imminent. La Ville veut savoir si des propriétaires doivent quitter leur résidence par mesure préventive.

Comité de citoyens

Devant la menace, une douzaine de citoyens ont décidé de créer un comité pour mettre de la pression sur Rio Tinto, Québec et Ottawa.

Ils espèrent que leur action permettra de trouver des solutions le plus vite possible pour freiner l’érosion et qu’elle permettra aussi de mettre en place un système de compensations financières pour ceux qui risquent de perdre leur maison.

Les berges rongées par l'érosionL'érosion est très importante à la pointe Langevin. Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Les citoyens estiment que Rio Tinto est responsable, mais la multinationale se défend et parle d’un phénomène naturel.

L’hiver dernier, l’érosion de la pointe Langevin a forcé un premier couple à vendre son terrain à Rio Tinto pour près de 300 000 $. Cependant, la multinationale a déjà indiqué qu’elle n’en achètera pas d’autres.

D’après les informations de Mélissa Paradis

Une clôture devant les fondations d'une maisonLe terrain acheté par Rio Tinto Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Saguenay–Lac-St-Jean

Environnement