•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un point de vente de cannabis ouvrira à Rimouski cet automne

On voit le futur édifice où sera logé le point de vente de la SQDC

Le point de vente aura pignon sur la rue Saint-Germain Ouest, juste à côté de la boutique Kirallah Chaussures

Photo : Google Street

Radio-Canada

La Société québécoise du cannabis (SQDC) a annoncé jeudi l'établissement d'une succursale au centre-ville de Rimouski. Il s'agit du premier point de vente de marijuana confirmé dans l'Est-du-Québec.

Un texte d'Isabelle Larose

La succursale sera logée en plein coeur du centre-ville dans l’édifice Dubé, situé au 110-1 rue Saint-Germain Ouest, entre la pharmacie Jean Coutu et la boutique Kirallah Chaussures.

Le point de vente ouvrira ses portes le 17 octobre prochain, soit le jour de la légalisation du cannabis au Canada, à l'instar d'une vingtaine d'autres succursales ailleurs au Québec.

Le conseil municipal de Rimouski a travaillé en étroite collaboration avec la SQDC afin d’identifier un endroit propice à l’implantation du point de vente, autant pour la population que pour la société d’État.

Le maire Marc Parent croit que l'arrivée de la SQDC pourrait « avoir un impact positif sur la dynamisation accrue du centre-ville ».

On voulait que ce soit à l’intérieur d’une zone commerciale. On trouvait que la rue St-Germain Ouest répondait à nos préoccupations en ce qui concerne l’éloignement des zones à risque.

Marc Parent, maire de Rimouski

Les succursales doivent se trouver à au moins 250 mètres des écoles partout au Québec sauf dans la métropole, où la distance minimale est de 150 mètres.

La Ville de Rimouski avait également recommandé à la SQDC de s’éloigner des garderies et des centres qui accueillent une clientèle aux prises avec des dépendances.

De la marijuana dans un bocal en verre proposée dans un vendeur dans un comptoir de vente de cannabisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De la marijuana proposée dans un comptoir de vente

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dick

Le responsable des relations de presse à la SQDC, Mathieu Gaudreault, précise que le cannabis ne sera pas visible de l’extérieur du bâtiment et qu’aucune publicité ne sera faite, outre que le logo de la société d’État.

De plus, contrairement à la Société des alcools du Québec (SAQ), aucun mineur ne pourra accompagner d’adulte à l’intérieur du magasin. Lest clients devront montrer une carte d'identité directement à l'entrée de la succursale.

Réactions du voisinage

Chez Kirallah Chaussures, il a été impossible de parler au propriétaire, mais l’employée qui a répondu à l’appel de Radio-Canada ne savait pas que, d’ici quelques semaines, du cannabis serait en vente à la porte d’à côté.

Au Jean Coutu, l’autre commerçant adjacent à la future succursale de la SQDC, on ne s’inquiète pas outre mesure de cette arrivée.

Ça ne me dérange pas, soutient le pharmacien propriétaire Haithem Hamdi. C’est autorisé par les autorités, je ne vois pas de problème.

Et la SAQ au centre-ville?

Par le passé, de nombreux citoyens et organismes ont plaidé en faveur de l’implantation d’une succursale de la SAQ au centre-ville. Des pétitions ont été lancées en 2010 et 2015 pour faire pression, en vain, sur la société d’État.

Est-ce que l’implantation d’une succursale de la SQDC sonne le glas du projet? Pas du tout, selon le maire de Rimouski.

Je ne dirais pas que le cannabis a eu le dessus sur l’alcool, affirme Marc Parent. C’est deux dossiers distincts. Je n’ai pas lancé la serviette à l’idée d’avoir une succursale de la SAQ au centre-ville.

M. Parent soutient que le conseil municipal continue de travailler en ce sens, mais admet que « la marche est haute ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Société