•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il sera bientôt interdit de fumer en public à Halifax

Femme assise sur un banc public, fumant une cigarette.
Une scène qu'on ne verra bientôt plus à Halifax, où il sera interdit de fumer en public sauf dans les endroits désignés. Photo: iStock / marlo74
Radio-Canada

À Halifax, il sera bientôt interdit de fumer du tabac ou du cannabis dans la plupart des endroits publics, incluant sur les trottoirs et dans les rues.

Le Conseil régional d’Halifax a voté mardi en faveur de nouvelles lois que la Municipalité espère voir entrer en vigueur après la fête du Travail, mais avant le 17 octobre, journée où le cannabis à usage récréatif sera légal partout au Canada.

Fumer ou vapoter, que ce soient des produits du tabac ou du cannabis, deviendra donc interdit dans les rues et sur les trottoirs d’Halifax, ainsi qu’à tout autre endroit appartenant à la Municipalité, comme les parcs, les terrains de jeu et les sentiers de randonnée.

Outre les résidences privées, fumer ou vapoter sera permis dans des endroits désignés à cet effet, ainsi que sur les terrains de camping loués.

Des amendes allant de 25 $ à 2000 $ pourront être imposées aux contrevenants.

Un porte-parole de la Ville, Brendan Elliott, indique que ces changements législatifs entraîneront un changement de mentalité de la part des fumeurs. Au lieu de devoir porter attention aux affiches interdisant de fumer, ils devront désormais chercher les affiches indiquant les endroits désignés pour le faire.

Un panneau d'interdiction de fumer dans un parcUn panneau d'interdiction de fumer dans un parc Photo : iStock

Le Conseil régional a approuvé à 13 voix contre 3 les changements au règlement municipal N-303 concernant les nuisances. Ces modifications, qui incluent la création de nouveaux règlements, sont provoquées par la légalisation prochaine du cannabis et par la volonté de la Ville d’encadrer sa consommation dans l’espace public.

Seuls les conseillers Tim Outhit, Matt Whitman et Richard Zurawski se sont opposés aux nouvelles mesures.

Nouvelle réglementation provoquée par la légalisation du cannabis

La nouvelle réglementation municipale considère que de fumer du cannabis est susceptible de répandre des odeurs considérées comme une nuisance publique, au même titre que l’odeur de la fumée de cigarette ou de pipe.

Les odeurs associées à la culture de plants de cannabis sont aussi considérées comme des nuisances par la Ville. En vertu de la loi fédérale, les citoyens d’Halifax pourront faire pousser quatre plants de cannabis par foyer. La Municipalité les contraint cependant à garder leurs plants à l’intérieur de leur résidence, ou alors dans un cabanon ou une serre.

Un homme allume un jointUn homme allume un joint de marijuana. Photo : getty images/istockphoto / Vicheslav

La loi provinciale en Nouvelle-Écosse ordonne que la consommation de cannabis sous toutes ses formes soit strictement interdite à bord d’un véhicule, et qu'il soit illégal de fumer une cigarette dans un véhicule si un enfant est à bord. À la Ville d'Halifax, Brendan Elliott estime que de fumer une cigarette dans sa voiture, seul ou en présence d'adultes, ne devrait pas constituer une nuisance selon le règlement municipal.

Contrairement à d'autres provinces, comme le Québec, la Nouvelle-Écosse permettra par ailleurs aux propriétaires d’immeubles résidentiels d’inscrire dans le bail de leurs locataires leurs propres restrictions quant à la culture ou à la consommation de cannabis à des fins récréatives.

En Nouvelle-Écosse, la Loi sur les endroits sans fumée donne le droit aux villes et aux municipalités d’adopter des règlements contre l’usage du tabac ou la fumée en public. Elle dispose que les règlements plus sévères que la loi provinciale ont préséance s’ils sont adoptés par les administrations municipales.

Darrell Dexter.Darrell Dexter. Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Darrell Dexter, l’ancien premier ministre de la Nouvelle-Écosse qui est aujourd’hui lobbyiste pour l’industrie du cannabis, juge légitimes les inquiétudes au sujet de la fumée secondaire.

Il indique toutefois que la majorité des consommateurs de cannabis évitent de fumer le produit, préférant les produits comestibles qui ne requièrent pas d’inhaler quoi que ce soit.

Elias Bitar, propriétaire du commerce E-ssentials Vape Shop, à Dartmouth, regrette que la Ville choisisse de restreindre le vapotage dans un règlement portant principalement sur le tabac et le cannabis.

Selon lui, il est incorrect de prétendre que l’odeur qui découle du vapotage est une nuisance au même titre que celle de la fumée de cigarette. Si je vapote à l’intérieur, ça sentira les fraises et la crème, illustre-t-il.

Elias Bitar dans son commerce.Elias Bitar, propriétaire du commerce E-ssentials Vape Shop. Photo : Radio-Canada / Jenny Cowley/CBC

Il y a autant de stigmatisation du vapotage que de la cigarette, déplore le commerçant, qui estime la situation malheureuse pour ceux qui ont choisi la cigarette électronique pour combattre leur dépendance à la nicotine et au tabac.

Cheryl Doherty, copropriétaire du pub irlandais The Old Triangle à Halifax, voit une incohérence dans le nouveau règlement municipal. Vous prenez un produit qui est légal, lourdement taxé et générateur de profits pour le gouvernement, et vous transformez ses utilisateurs en criminels, dit-elle.

Erik Greiner, qui est gérant du bar The Old Triangle, se demande quant à lui comment il devra faire appliquer le règlement autour du pub.

Est-ce que je dois appeler les policiers et leur dire que quelqu’un fume à l’extérieur ? Personne ne va venir dans mon pub s’ils savent que quelqu’un va les dénoncer à la police du tabac, lance-t-il.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Santé publique