•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La députée Christine Moore blanchie des allégations d'inconduite sexuelle

Christine Moore, députée néo-démocrate d'Abitibi-Témiscamingue.
Christine Moore, députée néo-démocrate d'Abitibi-Témiscamingue Photo: Radio-Canada / Thomas Deshaies

La députée néo-démocrate d'Abitibi-Témiscamingue, Christine Moore, a été blanchie des accusations portées contre elle par un ancien militaire des Forces armées canadiennes.

Le Manitobain Glen Kirkland soutenait que la députée québécoise avait eu un comportement inapproprié à son endroit en 2013, alors qu'il était vulnérable et qu'elle était en position d'autorité.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a obtenu les résultats de l'enquête indépendante qui conclut que Christine Moore n'a pas eu de comportements inappropriés.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, affirme qu'il n'est pas surpris des résultats.

« L'enquête a conclu que Madame Moore n'avait pas commis d'inconduite équivalente à du harcèlement ou du harcèlement sexuel ni abusé de sa position d'autorité, a-t-il déclaré en point de presse. Conséquemment, je suis très heureux que madame Moore reprenne toutes ses fonctions dans notre caucus. Je sais que cela a été très difficile pour madame Moore, pour sa famille et pour elle personnellement ».

« Je ne suis pas surprise du rapport »

Christine Moore est soulagée de pouvoir tourner la page sur ce chapitre, qui a été pénible pour elle, pour sa famille et pour ses collègues. « Je vais enfin pouvoir parler d'autre chose et m'attarder aux vrais enjeux », a-t-elle déclaré lors de son point de presse. La députée a aussi remercié ses électeurs qui, selon elle, se sont montrés bien compréhensifs et confiants à son égard.

Je connais la vérité depuis le début. Je savais que je n'avais pas mal agi.

Christine Moore

La députée avait été suspendue de ses fonctions parlementaires au sein du caucus du NPD en mai dernier en raison de ces allégations.

Christine Moore avait affirmé avoir eu une relation amoureuse de quatre mois avec le plaignant.

Abitibi–Témiscamingue

Procès et poursuites