•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cours d'éducation sexuelle devant Queen's Park

un groupe de personne portant des pancartes rassemblées devant Queen's Park.
Quelques dizaines de personnes ont fait un cours d'éducation sexuelle devant Queen's Park. Photo: Radio-Canada / Philippe de Montigny
Radio-Canada

Des dizaines de parents et d'enseignants se sont mobilisés devant l'Assemblée législative de l'Ontario jeudi pour demander au gouvernement de Doug Ford de rétablir le programme d'éducation sexuelle.

Un texte de Philippe de Montigny

Les manifestants ont passé la matinée à discuter des concepts enseignés dans le programme adopté en 2015, qui ne feront plus partie des cours d’éducation sexuelle dès la rentrée scolaire.

Une manifestante pour le rétablissement du programme d'éducation sexuelle de 2015 devant Queen's Park.Une manifestante pour le rétablissement du programme d'éducation sexuelle de 2015 devant Queen's Park. Photo : Radio-Canada / Philippe de Montigny

Des thèmes comme l’intimidation en ligne, le sextage et le consentement y étaient abordés, ainsi que la masturbation et les identités LGBTQ, ce qui suscitait l’ire des opposants. Le gouvernement progressiste-conservateur a décidé la semaine dernière de revenir au programme de 1998.

Je n’avais pas les mots pour exprimer ce que je ressentais. Ces identités doivent être enseignées parce que nous existons.

Kinley Mochrie, femme transgenre et bisexuelle
Kinley Mochrie, femme transgenre et bisexuelleKinley Mochrie, femme transgenre et bisexuelle Photo : Radio-Canada / Philippe de Montigny

La vice-présidente du syndicat des enseignants de l'élémentaire de Toronto, Yolanda B’Dacy, accuse le gouvernement de mentir aux Ontariens en disant qu’ils reviennent au programme qui était en vigueur en 2014 et qui est effet le même que celui entériné il y a 20 ans.

Ça ne reflète plus la réalité de 2018. Nos élèves méritent de savoir l’information au lieu d’aller la chercher ailleurs, dit-elle.

Yolanda B’Dacy est la vice-présidente du syndicat des enseignants de l'élémentaire de Toronto.Yolanda B’Dacy est la vice-présidente du syndicat des enseignants de l'élémentaire de Toronto. Photo : Radio-Canada / Philippe de Montigny

Une autre consultation à venir

La ministre de l’Éducation, Lisa Thompson, qui a refusé de parler aux journalistes un troisième jour de suite, a dit en chambre mercredi qu’une révision est nécessaire parce qu’il n’y a pas eu suffisamment de parents consultés avant d’entériner le programme révisé en 2015.

Le premier ministre Doug Ford a promis d’organiser la plus grande consultation de l’histoire de la province sur le programme.

Lisa Thompson, la ministre de l'Éducation de l'Ontario, entourée de journalistes.Lisa Thompson, la ministre de l'Éducation de l'Ontario répondait aux journalistes lundi. Photo : Radio-Canada / Claudine Brulé

Plus de 4000 parents, 2400 enseignants, 700 élèves et 170 organismes, incluant le Centre de toxicomanie et de santé mentale, ont été consultés au cours d’une décennie, souligne Cheri DiNovo, ancienne députée néo-démocrate et maintenant pasteure d’une église unie à Toronto.

Comment vont-ils répéter tout ce travail? demande-t-elle.

C’est clairement de l’homophobie et de la transphobie, quant à moi. Le gouvernement se plie aux pressions d’une minorité religieuse.

Cheri DiNovo, pasteure d’une église unie de Toronto

Les néo-démocrates et les libéraux de l’opposition ont reproché à la ministre d’avoir évité les journalistes. Ils estiment que c’est de mauvais augure pour la consultation envisagée par le gouvernement.

Toronto

Éducation