•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mystérieuse épave en Angleterre serait d’origine néo-écossaise

Une partie de la coque en bois sortant du sable

Des chercheurs croient que cette épave découverte en 2016 dans le sud-est de l’Angleterre est l‘Avon, un bateau qui aurait été construit en Nouvelle-Écosse en 1843.

Photo : Historic England

Radio-Canada

Une mystérieuse épave qui sort du sable d'une plage sur la côte de l'Angleterre est peut-être l'Avon, un navire construit en Nouvelle-Écosse au 19e siècle, selon des experts.

Une résidente du sud-est de l’Angleterre qui marchait sur la plage de Camber Sands en 2016 a découvert les restes de l’épave qui émergeaient du sable, explique Joseph Flatman, de l’organisme Historic England, qui protège les lieux historiques de l’Angleterre.

Joseph Flatman et d’autres chercheurs se sont rendus sur place. Ils pouvaient déjà distinguer la proue et la poupe du navire, dit-il.

L’épave mesure environ 50 mètres de long et 10 mètres de large, précise Mark Dunkley, biologiste marin pour Historic England. Il s'étonne qu'elle n’apparaisse sur aucune photographie aérienne ni dans les archives locales. Elle a probablement été recouverte de sable après le naufrage, se dit-il, et elle n’aurait réapparu qu’en 2016.

Une analyse conclut que le bois est du chêne originaire de l’est de l’Amérique du Nord. Les arbres auraient été coupés entre 1684 et 1863, ce qui est une grande marge, reconnaît le biologiste. Quant à la conception du navire, sa coque semble avoir été construite pour résister à la pression des glaces.

Serait-ce l’Avon?

Puis, un archiviste a découvert un document décrivant un brick à deux mâts baptisé Avon et qui s’est échoué près de Rye Harbour en août 1852. Le navire avait quitté Le Havre, en France, chargé d’une cargaison de bois. Les chercheurs ont ensuite appris que l’Avon avait été construit en Nouvelle-Écosse en 1843, explique Mark Dunkley.

Les archives de la Société historique de la rivière Avon, en Nouvelle-Écosse, mentionnent un bateau appelé Avon, construit à Windsor, mais en 1846, et vendu à Liverpool, en Angleterre, et ce bateau comptait plus de deux mâts. D’autres documents indiquent aussi le nom Avon ou l’année 1843, mais sans correspondre exactement.

Le Musée maritime de l’Atlantique n’a pu fournir non plus de document concluant sur un bateau nommé Avon construit en 1843.

Des pièces de bois endommagées sortant du sable.

L'épave a refait surface en 2016 sur la plage de Camber Sands en Angleterre en 2016.

Photo : Historic England

Il est possible que des erreurs aient été commises à l’époque lorsque les gens ont inscrit les informations figurant sur ces documents, souligne Mark Dunkley. Il est fort possible qu’il s’agisse du bon bateau, mais qu’une date soit erronée, selon lui.

L’épave est toujours enfouie dans deux mètres de sable. Il faudrait du temps et de l’argent pour la dégager complètement, ajoute Joseph Flatman.

Les restes du bateau sont désormais protégés par la loi et toute personne qui voudrait faire des travaux sur place doit d’abord obtenir l’accord des autorités. Une dizaine d’autres épaves ont aussi reçu ce statut ces dernières années, précise Joseph Flatman.

D'après un reportage de Frances Willick, de CBC

Nouvelle-Écosse

Histoire