•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le parc national de la Péninsule-Bruce s'agrandit 

La grotte du parc national de la Péninsule-Bruce
La grotte du parc national de la Péninsule-Bruce Photo: Parcs Canada
Radio-Canada

Parcs Canada s'apprête à acquérir 3 272 acres de terres dans le cadre de l'expansion du parc national de la Péninsule-Bruce. Ces terrains, précédemment privés, ont été évalués à environ 20,6 millions de dollars.

Mercredi, la ministre de l'Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada, Catherine McKenna, a annoncé avec la présidente-directrice générale de la Bruce Trail Conservancy, Beth Gilhespy, que l'Agence Parcs Canada a conclu un accord pour acquérir le territoire de l'anse Driftwood.

Ce terrain représentera 9 % des terres du parc national et 22 % de son littoral. Il abrite une dizaine d'espèces en péril et des douzaines de grottes. Il fait également partie de la réserve de biosphère de l’escarpement du Niagara de l’UNESCO.

Le parc national de la Péninsule-Bruce comprend plusieurs espèces en péril, des falaises escarpées qui surplombent la baie Georgienne et a une importance culturelle pour les peuples autochtones de la région.

Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada

Le gouvernement fédéral a prévu dans son budget 2018 1,3 milliard de dollars pour protéger la nature, les parcs ainsi que les espaces naturels au pays. L'argent pour acquérir le territoire de l'anse Driftwood a été puisé dans cette enveloppe et la Bruce Trail Conservancy a également contribué financièrement.

Le prix d'achat final ne sera toutefois pas publié avant la fin de la transaction, a fait savoir l'Agence Parcs Canada.

Le parc national Péninsule-Bruce se situe le long des côtes de la baie Georgienne. Il a été établi en 1987 et depuis, Parcs Canada a ajouté plus de 140 parcelles de terrain.

Il est désormais presque terminé, à 90 %.

Toronto

Environnement