•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaires intergouvernementales : « une promotion » pour le ministre Dominic LeBlanc

Le premier ministre Justin Trudeau serre la main de Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur à l’occasion de la cérémonie d’assermentation à Rideau Hall à Ottawa

Le premier ministre Justin Trudeau serre la main de Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur à l’occasion de la cérémonie d’assermentation à Rideau Hall à Ottawa

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Le ministre acadien Dominic LeBlanc quitte le ministère des Pêches et des Océans pour devenir ministre des Affaires intergouvernementales du Canada. Il a été assermenté lors d'un remaniement ministériel annoncé par le premier ministre Justin Trudeau à Ottawa mercredi matin.

Un texte de Frédéric Wolf

Le député de Beauséjour, dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, aura un plus grand rôle au sein de l'équipe Trudeau, alors qu'un nouveau gouvernement hostile à certaines de ses politiques est arrivé au pouvoir en Ontario et que des élections au Québec et en Alberta pourraient encore changer l'équilibre des relations fédérales-provinciales.

Le premier ministre m’a demandé, quand nous avons discuté de ce nouveau rôle, de mettre l’accent sur les liens entre nos partenaires dans la fédération de manière à améliorer la qualité de vie de la classe moyenne, a dit M. LeBlanc. Un des grands défis sur lequel le premier ministre m’a demandé de me concentrer est la réduction des obstacles au commerce intérieur.

Les Affaires intergouvernementales étaient jusqu'ici assumées par Justin Trudeau lui-même.

Une promotion pour Dominic LeBlanc

La nomination de Dominic LeBlanc aux Affaires intergouvernementales est une promotion, d’une certaine façon, croit Gabriel Arsenault, professeur adjoint en science politique à l’École des hautes études publiques de l’Université de Moncton.

C’est un ministère de plus en plus important, parce qu’on voit qu’il y a beaucoup d’acrimonie entre les gouvernements provinciaux et le gouvernement fédéral.

Gabriel Arsenault, politicologue, Université de Moncton

L’achat par le gouvernement fédéral du pipeline Trans Mountain, applaudi en Alberta, mais conspué en Colombie-Britannique, sera le plus gros défi du nouveau ministre des Affaires intergouvernementales, estime M. Arsenault. C’est vraiment le dossier numéro un dans la liste de Dominic LeBlanc. C’est un énorme dossier pour le gouvernement fédéral, dit-il.

Numéro deux, ce serait la taxe sur le carbone, ajoute M. Arsenault, [un] dossier complexifié par l’arrivée de Doug Ford, le nouveau premier ministre de l’Ontario étant déterminé à sortir sa province du marché du carbone.

Dominic LeBlanc à l'extérieur le 18 juillet 2018 à Ottawa.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dominic LeBlanc à son arrivée à la cérémonie d'assermentation, mercredi à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Patrick Doyle

Aux Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc pourrait peut-être aussi se retrouver mêlé à la question des demandeurs d’asile tentant d’entrer au Canada par la frontière commune avec les États-Unis, croit M. Arsenault, dans la mesure où les provinces demandent un investissement plus musclé d’Ottawa, par exemple, même si la responsabilité en échoit principalement à Bill Blair, nommé aujourd’hui ministre de la Sécurité frontalière.

Des revendications particulières en Atlantique

C’est le député de Vancouver-Nord, Jonathan Wilkinson, qui succède à Dominic LeBlanc au ministère des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne.

Selon Gabriel Arsenault, la perte d’un ministre de la région dédié aux Pêches est compensée par la promotion de M. LeBlanc aux Affaires intergouvernementales. Je ne dirais pas que c’est une perte pour la région, dit-il.

Je ne crois pas qu’il faut voir ça comme un signe que le gouvernement était insatisfait de sa gestion de Pêches et Océans, remarque-t-il. L’élément déclencheur était ailleurs : c’est le fait que les relations entre les provinces et le fédéral se corsaient.

L'homme dans son bureauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gabriel Arsenault, professeur à l'École des hautes études publiques de l'Université de Moncton.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, a félicité Dominic LeBlanc pour sa nomination. Je n’ai aucun doute qu’avec ses compétences, son expérience et sa connaissance de toutes les régions du pays, il fera un excellent travail pour faire avancer des dossiers importants, a dit M. Gallant lors d’une conférence de presse à Bouctouche.

M. Gallant estime que le député néo-brunswickois sera un excellent allié pour améliorer les relations commerciales entre les provinces.

Les provinces de l’Atlantique ont des revendications particulières en matière de relations avec le fédéral, affirme le politicologue Gabriel Arsenault, signalant la question des transferts en santé et du déclin de la population dans certaines provinces de l’est du pays. Le fait d’avoir quelqu’un de la région, ça peut faire en sorte que ces préoccupations soient plus entendues au cabinet, croit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique fédérale