•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump vante sa « fermeté » face à Poutine

Le président des États-Unis, Donald Trump, rencontre des membres du Congrès à la Maison-Blanche le 18 juillet 2018.
Face au tollé, M. Trump a tenté mardi de limiter les dégâts, assurant – sans vraiment convaincre – que sa langue avait fourché lorsqu'il avait semblé prendre le parti de l'homme fort du Kremlin. Photo: Getty Images / Mark Wilson
Agence France-Presse

Dans la tourmente après ses déclarations d'Helsinki très conciliantes à l'égard de Vladimir Poutine, Donald Trump a vanté mercredi sa « fermeté » face à ce dernier tout en semant de nouveau le doute en contestant l'idée que Moscou fait toujours peser une menace sur la démocratie américaine.

Aucun président n'a été aussi ferme que moi sur la Russie [...] Je pense que le président Poutine le sait mieux que quiconque, sûrement mieux que les médias.

Donald Trump, président des États-Unis

« Regardez les chiffres, regardez ce que nous avons fait, regardez les sanctions », a déclaré le président, à la Maison-Blanche.

Interrogé peu après sur le fait de savoir si la Russie, accusée d'interférence dans les élections américaines, visait toujours les États-Unis, il a répondu d'un simple « non », sans autres précisions.

Face à cette énième controverse autour des propos du président, Sarah Sanders, sa porte-parole, a assuré qu'il avait été mal interprété et que ce « non » voulait seulement indiquer qu'il ne répondrait pas aux questions. « Nous pensons que la menace existe toujours », a-t-elle martelé.

Dans une interview diffusée mercredi sur CBS, M. Trump dit avoir indiqué à son homologue russe Vladimir Poutine que l'ingérence de la Russie dans les élections américaines était intolérable : « Je lui ai fait savoir que nous ne pouvions tolérer cela. »

Lundi, le directeur du renseignement américain Dan Coats a mis en avant les évaluations « claires » de ses services sur une ingérence russe dans la présidentielle de 2016 et a évoqué les « efforts en cours » de Moscou pour « saper » la démocratie américaine.

La surprenante conférence de presse du président américain avec son homologue russe dans la capitale finlandaise, lundi, lui a valu de très vifs reproches au sein de son propre camp politique, nombre d'élus exprimant leur consternation.

Donald Trump, président des États-Unis

Face au tollé, M. Trump a tenté mardi de limiter les dégâts, assurant – sans vraiment convaincre – que sa langue avait fourché lorsqu'il avait semblé prendre le parti de l'homme fort du Kremlin.

Paradoxe pour un président américain : il a été contraint de dire explicitement qu'il acceptait les conclusions... des services de renseignement américain, selon lesquelles la Russie a interféré dans l'élection de 2016.

« Tellement de personnes haut placées dans le renseignement ont adoré ma prestation en conférence de presse à Helsinki », a-t-il tweeté mercredi matin, renforçant le sentiment que sa volte-face partielle de la veille lui avait été imposée par ses conseillers.

« Nous nous sommes très bien entendus, ce qui a vraiment dérangé beaucoup de personnes remplies de haine qui voulaient voir un match de boxe », a-t-il ajouté, promettant de « grands résultats à venir ».

« Certains DÉTESTENT le fait que je me sois bien entendu avec le président Poutine de Russie, a-t-il encore tweeté mercredi. Ils préféreraient aller en guerre plutôt que de voir ça ».

À l'exception du sénateur Rand Paul, rares sont les républicains à avoir ouvertement défendu la prestation du président au sommet d'Helsinki, première rencontre bilatérale entre le 45e président américain et le président russe.

Dans les jours précédant son étape finlandaise, à Bruxelles ou à Londres, M. Trump a de l'avis général distendu les liens transatlantiques, avec ses charges contre l'Allemagne, l'Union européenne ou le Royaume-Uni.

Sa tournée a déclenché une avalanche de commentaires négatifs émanant de multiples élus et experts géopolitiques, allant de « surréaliste » à « traître » en passant par « embarrassant », « indéfendable », « irréfléchi ».

À contrecœur

Accusée de faiblesse face à la Russie, l'administration Trump a annoncé le 6 avril des sanctions contre des oligarques proches du Kremlin. Les sanctions, qui visent 38 personnes et entités, ont été prises pour punir la Russie notamment pour son ingérence dans les élections américaines de 2016 et son attitude en Ukraine, promulguée à contrecœur par Donald Trump. Plus tôt en mars, une quinzaine de pays occidentaux, dont les États-Unis avaient décidé l’expulsion de plusieurs dizaines de diplomates russes dans la foulée de l’affaire de Sergueï Skripal, ex-agent russe empoisonné au gaz innervant.

Propos controversés sur l’OTAN

Dans un entretien à Fox News, M. Trump a par ailleurs donné un nouveau coup de canif aux relations avec les alliés de l'OTAN, déjà mises à l'épreuve lors d'un sommet extrêmement tendu à Bruxelles.

Le président américain a semblé remettre en cause le principe de défense mutuel, véritable pierre angulaire de l'Alliance.

« Si, par exemple, le Monténégro est attaqué, pourquoi mon fils devrait-il aller au Monténégro pour les défendre? », lui a demandé le journaliste.

« Je comprends ce que vous dites, j'ai posé la même question, a répondu M. Trump. Le Monténégro est un tout petit pays avec des gens très forts [...] très agressifs », a-t-il poursuivi.

L'article 5 du traité de l'OTAN stipule que toute attaque contre un des pays membres est considérée comme une attaque contre tous.

Ces propos ont alimenté le tollé suscité jusque dans son propre camp républicain par sa conférence de presse de lundi à Helsinki avec Vladimir Poutine, au cours de laquelle il a été accusé de s'être totalement aligné sur son homologue russe.

« En attaquant le Monténégro et en mettant en doute nos obligations au sein de l'OTAN, le président fait exactement le jeu de Poutine », a déploré sur Twitter le sénateur républicain John McCain. « Le peuple du Monténégro a courageusement résisté à la pression de la Russie de Poutine pour adhérer à la démocratie » et « le Sénat a voté à 97 contre 2 en soutien à son entrée dans l'OTAN », a rappelé cet élu respecté, après avoir déjà vivement critiqué l'attitude de Donald Trump à Helsinki.

« J'aime dire que Trump est prévisible, mais je n'aurais jamais imaginé qu'il puisse présenter le Monténégro comme une menace majeure pour la paix dans le monde », a ironisé pour sa part l'expert Thomas Wright, du groupe de réflexion Brookings.

Politique américaine

International