•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre responsable de Phénix conserve son portefeuille malgré les ratés du système de paye

La ministre lors d'une période de questions à la Chambre des communes à Ottawa

Carla Qualtrough était responsable du dossier Phénix. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Malgré les ratés du système de paye Phénix, Carla Qualtrough a conservé ses responsabilités au ministère des Services publics et Approvisionnements Canada (SPAC) et a obtenu en plus le portefeuille de l'Accessibilité lors d'un remaniement ministériel annoncé mercredi.

Depuis sa mise en place, ce système de paye des fonctionnaires fédéraux connaît des ratés : retards, salaires impayés ou versements perçus en trop.

À la fin juin, près de 334 000 dossiers à incidence financière étaient toujours en attente au Centre des services de paye de la fonction publique, une diminution de 13 000 comparativement au mois précédent. Le nombre de dossiers a chuté de 50 000 depuis la fin janvier, mais se situe au même niveau qu'en novembre 2017.

Alors qu'elles devaient permettre au gouvernement d’économiser 70 millions de dollars par année, les ressources déployées pour pallier les problèmes auront coûté au moins 50 millions pour l’année financière 2016-2017. Un montant qui n’inclut pas les dédommagements offerts aux employés et les frais connexes liés au traitement des griefs.

« Rassurez-vous, je m'engage à faire en sorte que nos fonctionnaires soient payés avec exactitude et à temps. »

— Une citation de  Carla Qualtrough, ministre des Services publics et Approvisionnements Canada et ministre de l'Accessibilité

En conférence de presse, Mme Qualtrough a réitéré son engagement envers les fonctionnaires aux prises avec les ratés du système de paye.

« Comme toujours, je demeure résolument et fermement axée sur Phénix en tant que ministre des Services publics et Approvisionnement Canada. Nous avons eu cinq bons mois d'arriérés de Phénix et je vais continuer à me concentrer sur Phénix », a-t-elle déclaré.

Réactions mitigées chez les fonctionnaires

Un homme assis sur une chaise près d’une fenêtreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Stéphane Aubry, vice-président de l'IPFPC

Photo : Radio-Canada

L’Institut professionnel de la fonction publique du Canada s’inquiète que le nouveau portefeuille de l'Accessibilité attribué à Carla Qualtrough empiète sur ses responsabilités liées à la gestion du système de paye Phénix, alors que les fonctionnaires vivent toujours les effets des ratés dudit système.

« On s’inquiète qu'elle se retrouve avec un autre dossier qui est relativement important, qui va peut-être empiéter sur le temps qu’elle consacre à travailler sur le fiasco de Phénix », juge son vice-président, Stéphane Aubry.

Pour sa part, l'Alliance de la Fonction publique du Canada se dit satisfaite par le fait que la minisitre Qualtrough conservera son ministère.

« C'est une très bonne nouvelle. On ne voudrait pas que les progrès faits dans le dossier Phénix soit retardés par un changement de leadership. Pour moi, le fait que la ministre Qualtrough demeure responsable du dossier Phénix, c’est une excellente nouvelle », estime la vice-présidente nationale de l'Alliance de la Fonction publique du Canada, Magali Picard.

Une rétrogradation pour Mélanie Joly

Le premier ministre Justin Trudeau, la ministre Mélanie Joly et la gouverneure générale Julie PayetteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

En passant du Patrimoine canadien au Tourisme et Langues officielles, Mélanie Joly est la grande perdante de ce remaniement ministériel.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Contrairement à la ministre Qualtrough, Mélanie Joly a subi une démotion lors du remaniement. Anciennement ministre de Patrimoine canadien, elle devient ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie. Elle avait notamment suscité une levée de boucliers au Québec sur l'entente controversée avec Netflix.

Le député d'Honoré-Mercier, Pablo Rodriguez, prend la succession de Mme Joly en devenant ministre du Patrimoine et du Multiculturalisme. Il était, jusque là, whip du gouvernement.

Les communautés francophones perplexes

La Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA) se questionne sur le partage des responsabilités des langues officielles entre M. Rodriguez et Mme Joly, alors que le gouvernement fédéral s’est engagé à moderniser la Loi sur les langues officielles.

« De conférer à Mélanie Joly le titre de ministre des Langues officielles, ça peut être vu comme un message sur l’importance que le premier ministre accorde à ce dossier, alors qu’il s’est engagé il y a un mois à moderniser la Loi sur les langues officielles. Cependant, l’infrastructure de gestion des langues officielles reste en principe à Patrimoine canadien, qui a un nouveau ministre. Dans le concret, comment tout cela s’organisera-t-il? », s’est interrogé le vice-président de la FCFA, Justin Johnson, par voie de communiqué.

La FCFA salue néanmoins la décision du premier ministre de combiner le portfolio de la Francophonie à celui des Langues officielles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !