•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'agression d'un musulman traitée comme un possible crime haineux

Photo d'un homme couché dans un lit d'hôpital et branché à un respirateur

Muhammed Abu Marzouk est toujours aux soins intensifs à l'hôpital, selon ses proches.

Photo : LaunchGood

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La police en banlieue de Toronto enquête sur une agression brutale contre un père de famille musulman de Mississauga, les enquêteurs traitant maintenant le cas comme un possible crime haineux.

Mohammed Abu Marzouk aurait été tabassé dimanche dernier par deux hommes, après un pique-nique près du centre communautaire Mississauga Valley.

Les agresseurs auraient crié à sa famille : sales arabes, terroristes!, tu nous as pas vus?

Les deux hommes se seraient trouvés derrière le véhicule de la victime, alors qu'il reculait dans le terrain de stationnement. Ils se seraient attaqués au père de famille, lorsqu’il est descendu de sa voiture, raconte sa femme.

Diana Attar se demande si c'est le voile qu'elle porte qui a agacé les deux présumés agresseurs. Elle leur a demandé en vain d’épargner son époux, dit-elle.

J’ai deux petites filles. SVP, ne faites pas mal à mon mari.

Une citation de : Diana Attar, femme de la victime
Photo d'une femme portant le voileAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Diana Attar affirme que les deux accusés se sont attaqués gratuitement à son mari.

Photo : CBC

Mme Attar ajoute que ses filles de 4 ans et 6 ans n’arrêtaient pas de lui demander si leur père allait mourir.

Selon ses proches, l’homme de 39 ans a subi de multiples fractures au visage et une portion de son crâne a dû être enlevé durant une chirurgie pour mettre fin à une hémorragie au cerveau.

Il est toujours aux soins intensifs à l’Hôpital St. Michael’s de Toronto.

Enquête

Deux frères de Brampton, âgés de 19 ans et 27 ans, ont été arrêtés et accusés de voies de fait grave, notamment.

Les deux hommes ont comparu en cour lundi.

Après avoir classé initialement les événements comme un cas de rage au volant, la Police régionale de Peel le traite désormais comme un possible crime haineux.

Des témoins ont indiqué aux enquêteurs que certains commentaires ont été faits durant les événements par les deux accusés, explique le porte-parole policier Akhil Mooken, sans donner plus de détails.

Il revient maintenant à la Couronne de déposer ou pas des accusations de crime haineux.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !