•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le parc éolien du Lac-Alfred aux prises avec des voleurs

De l'équipement disparaît régulièrement au parc du Lac-Alfred.
De l'équipement disparaît régulièrement au parc du Lac-Alfred. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le parc éolien du Lac-Alfred dans la Matapédia est la cible d'une vague de pillages. Des individus s'introduisent dans le parc pour y voler du matériel qui peut valoir des dizaines de milliers de dollars, sans jamais être attrapés.

Un texte de Catherine Poisson, avec la collaboration de Brigitte Dubé

Les rumeurs vont bon train au parc éolien du Lac-Alfred. Certains travailleurs parlent même de voleurs intouchables qui sèment la peur.

Une fois, on était en train de travailler en haut de l'éolienne, les gars ont vu deux personnes arriver en pick-up en bas et voler des outils dans notre remorque. Le temps de descendre, la remorque était vide et les personnes étaient parties, se souvient le directeur général de Vent de l'Est, Mitchell Fournier.

Le directeur général de Vent de l'Est, Mitchell FournierLe directeur général de Vent de l'Est, Mitchell Fournier Photo : Radio-Canada

Les vols de matériel dans les parcs éoliens ne sont pourtant pas nouveaux. M. Fournier dit l'avoir constaté dès qu'il est entré dans l'industrie, il y a une trentaine d'années. En fait, les vols sont si fréquents qu'il estime ses pertes entre 50 et 60 000 $.

Si ce n'est pas verrouillé, ça va être volé.

Mitchell Fournier, directeur général de Vent de l'Est

Les voleurs semblent particulièrement intéressés par les câbles contenant du cuivre, selon le président-directeur général du Groupe Ohmega, Martin Boulay.

Il y a des vols surtout par rapport au cuivre. Son prix est assez élevé alors quand il y a beaucoup de câbles électriques avec du cuivre, il y a des gens qui vont aller dans les parcs éoliens même quand ils sont en opération et qui vont se mettre à risque pour voler un petit morceau de cuivre, explique-t-il.

Base d'une éolienneBase d'une éolienne Photo : Radio-Canada

Cela dit, toute pièce d'équipement d'une certaine valeur est à risque de disparaître.

Mitchell Fournier raconte s'être fait voler des outils, des remorques pour voiture et des génératrices de plateformes suspendues, qui servent à hisser les travailleurs au sommet des éoliennes.

Le coût d'une de ces génératrices varie de 8 000 à 10 000 $. Sa disparition force un arrêt de travail le temps d'en acheter une nouvelle, occasionnant du même coup des pertes supplémentaires.

Ce n'est pas une génératrice que tu peux utiliser en camping. C'est fait spécialement pour ces plateformes-là. Alors les seules personnes à qui ils peuvent la revendre sont dans le domaine de l'éolien.

Mitchell Fournier, directeur général de Vent de l'Est

Il ajoute que des phénomènes semblables se produisent partout, ailleurs au Québec et au Canada, mais que c'est au parc éolien du Lac-Alfred où les vols sont les plus fréquents.

Treuil pour hisser de l'équipement en hauteurTreuil pour hisser de l'équipement en hauteur Photo : Radio-Canada

Mitchell Fournier est loin d'être seul dans cette situation.

L’entreprise Mistras a elle aussi été la cible de voleurs au parc du Lac-Alfred. Certaines remorques lui appartenant, qui étaient cadenassées, ont même été défoncées pour être dévalisées. Bien que l'entreprise soit présente dans plusieurs parcs éoliens, un représentant de Mistras affirme que c'est le seul endroit, et la première année, où ils sont confrontés à ce problème.

Des voleurs expérimentés

Jusqu'à maintenant, les entreprises contactées indiquent que les voleurs n'ont jamais été attrapés, et que le matériel dérobé n'a jamais été retrouvé. Sur les chantiers, certains travailleurs émettent toutefois des hypothèses sur l'identité des malfaiteurs.

On entend entre les branches que certains savent où est caché le matériel volé, mais que les gens ont peur... ce sont des rumeurs de chantiers, mais c'est inquiétant.

Mitchell Fournier, directeur général de Vent de l'Est

Ça prend du monde assez compétent dans le domaine électrique pour couper des câbles dans une éolienne en marche. Faut savoir quoi faire ajoute-t-il.

Travailleur au parc du Lac-AlfredTravailleur au parc du Lac-Alfred Photo : Radio-Canada

Souriez, vous êtes filmés!

Les entreprises prennent tous les moyens à leur disposition pour se protéger.

À chaque fin de journée, tout le matériel doit être désinstallé, rangé et verrouillé, puis réinstaller le lendemain, ce qui allonge les journées de travail. Des caméras de surveillance et des systèmes de détection de présence sont également utilisés.

On a mis des caméras, mais les voleurs savent ce qu'ils font, ils ne passent jamais devant observe cependant Mitchell Fournier.

On constate une forte demande des opérateurs de parc éolien pour installer des caméras pour la détection de présence confirme Martin Boulay.

Chez EDF, qui détient le parc éolien du Lac-Alfred, on a indiqué ne pas avoir d'information additionnelle sur le sujet.

Toutes les entreprises contactées assurent que les vols sont toujours signalés à la police, mais la Sûreté du Québec dit n'avoir que deux dossiers pour vol au Lac-Alfred dans la dernière année.

Et dans les deux cas, aucune arrestation n'a été faite.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Justice et faits divers