•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusé d’agression sexuelle, Michel Venne plaide non coupable

Michel Venne

Michel Venne

Photo : Radio-Canada / Laurent Boursier

Radio-Canada

Visé par deux chefs d'accusation d'agression sexuelle et d'exploitation sexuelle, l'ancien journaliste et directeur de l'Institut du Nouveau Monde, Michel Venne, a plaidé non coupable mercredi au palais de justice de Québec.

L’homme de 58 ans a comparu par l’intermédiaire de son avocate, Me Lida Sara Nouraie. Il reviendra en cour le 11 septembre. Sa présence physique ne sera pas requise.

Les faits qui sont reprochés à Michel Venne seraient survenus à Québec entre le 1er juillet et le 31 août 2008.

Selon le mandat d’arrêt qui avait été lancé contre lui le 31 mai dernier, il aurait « touché une partie du corps » de sa présumée victime à « des fins d’ordre sexuel ».

Une ordonnance de non-publication empêche la divulgation de toute information pouvant permettre d’identifier la victime.

En position d'autorité

Au moment des faits allégués, la plaignante avait 17 ans et se trouvait sous son autorité, d'où l’accusation d’exploitation sexuelle.

Après avoir pris connaissance du mandat d’arrêt le visant, Michel Venne s’était rendu à un poste de police de Longueuil le 14 juin.

Il avait été interrogé par un enquêteur du Service de police de la Ville de Québec avant d’être libéré sous promesse de comparaître.

Jusqu'à 10 ans d'emprisonnement

Le procureur de la Couronne, Michel Bérubé, a indiqué que l’accusé s’exposait à une peine maximale de 10 ans de prison pour le chef d’accusation d’agression sexuelle. Le Code criminel ne prévoit pas de peine minimale pour cette infraction.

En ce qui concerne l’accusation d’exploitation sexuelle, elle est également passible d’un emprisonnement maximal de 10 ans. La peine minimale pour ce type d’infraction est de 45 jours de prison.

Avec la collaboration de Marie Maude Pontbriand

Crime sexuel

Justice et faits divers