•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Merinov veut faire revivre le Carrefour national de l'aquaculture et des pêches

Le Carrefour national de l'aquaculture et des pêches (CANAP) de Grande-Rivière (façade)

Le Carrefour national de l'aquaculture et des pêches (CANAP) de Grande-Rivière

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le centre de recherche Merinov de Gaspé veut faire l'acquisition du Carrefour national de l'aquaculture et des pêches (CANAP) de Grande-Rivière, dont le bâtiment est fermé depuis 2010. Merinov veut créer un centre intégré d'innovation en pêche et aquaculture, qui deviendrait le « Hub d'innovation halieutique de Grande-Rivière ».

Ce projet en recherche et développement est évalué à 18 millions de dollars.

Bassins au Carrefour national de l'aquaculture et des pêches (CANAP) de Grande-RivièreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Installations du CANAP

Photo : Radio-Canada

Beaucoup d'espoir, peu de visiteurs

En 2007, Nathalie Normandeau, alors vice-première ministre, inaugurait en grande pompe le bâtiment qui abritait le CANAP. Beaucoup d'espoir avait été mis dans ce projet touristique et scientifique du secteur des pêches. Le projet de 6,7 millions de dollars avait été financé surtout par Québec.

Bassins d'élevageAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des installations qui devaient servir à la recherche au CANAP

Photo : Radio-Canada

Le Carrefour aurait dû accueillir 10 000 visiteurs par année, pour s'avérer rentable. Il n'a jamais franchi le cap des 4000. Il est fermé depuis 2010.

Une autre vie

Le centre de recherche Merinov veut maintenant en faire l'acquisition, changer sa vocation et lui donner une autre vie, explique le porte-parole de Merinov, Benoît Bazinet.

On a eu la chance de voir un modèle en Islande avec le secrétariat aux affaires maritimes. C'est un modèle assez incroyable ou on regroupe recherche, entreprises, organismes de soutien, valorisation de la recherche, développement commercial. C'est un peu ce qu'on veut reproduire, souligne-t-il.

Le projet vise à rénover les infrastructures qui appartiennent au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ).

Merinov veut aussi agrandir les espaces de bureaux et ajouter une annexe entre le bâtiment actuel et la salle des bassins.

On a le devoir maintenant pour répondre aux besoins de l'industrie de mettre aux normes l'ensemble du parc technologique de Grande-Rivière, estime Benoît Bazinet.

La ville de Grande-Rivière est partenaire du nouveau projet.

Gino Cyr, maire de Grande-RivièreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gino Cyr, maire de Grande-Rivière

Photo : Radio-Canada

C’est un projet qui va nous permettre de diversifier l’économie de Grande-Rivière, de s’assurer des retombées économiques et de bien positionner le secteur des pêches, un secteur omniprésent dans la municipalité, commente le maire Gino Cyr.

Ce dernier souhaite profiter de la campagne électorale pour trouver du financement.

Avec les informations de Bruno Lelièvre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !