•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un deuxième parasite menace 14 000 frênes à Winnipeg

Sur une feuille d'arbre verte, se trouve un petit insecte avec des ailes transparentes, un corps vert et une tête comportant des marques jaunes et noires.

Le psylle floconneux du frêne a été observé à Winnipeg pour la première fois l'été dernier, mais on peut en trouver depuis environ un siècle en Amérique du Nord.

Photo : Gouvernement du Manitoba

Radio-Canada

Après l'agrile du frêne, les arbres de Winnipeg, au Manitoba, font face à un nouvel ennemi : le psylle floconneux du frêne, également surnommé pou des arbres. Cet insecte sauteur était déjà présent l'an dernier mais, d'après la responsable de la gestion des arbres à la Ville, il fait de plus gros ravages cette année.

Selon Martha Barwinsky, responsable de la gestion des arbres à Winnipeg, ces insectes jaune et noir, à peine plus gros que des pucerons, n’ont eu qu’une faible incidence l’été dernier.

Mais la sécheresse de cette saison a changé la donne, bien que les experts de la ville tentent encore de déterminer l’étendue de l’infestation.

« Au printemps, les frênes noirs ont mis du temps à produire leurs feuilles, un peu comme l’année passée. Mais alors que les feuilles commençaient à pousser, on constatait des dégâts plus grands et à un stade plus avancé cette année », affirme Martha Barwinsky.

Portrait d'une dame aux cheveux bruns mi-longs, qui esquisse un sourire, à côté d'un tronc d'arbre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La responsable de la gestion des arbres à la Ville de Winnipeg, Martha Barwinsky, affirme que la ville est relativement démunie contre le psylle floconneux du frêne.

Photo : CBC Manitoba / Jacques Marcoux

Elle explique que ces parasites de 3 millimètres de long sont observés en Amérique du Nord depuis environ un siècle, mais qu'ils s’ajoutent maintenant à la liste grandissante des dangers qui menacent la canopée winnipégoise.

En effet, l’an dernier, selon la forestière de la Ville, Winnipeg avait atteint un seuil critique dans la gestion de la maladie hollandaise de l’orme. Des experts ont aussi découvert les premiers spécimens d’agriles du frêne dans les arbres de la ville.

Avec le psylle floconneux du frêne, elle estime qu’environ 14 400 arbres sont en danger dans l’espace public. Parmi eux, un peu plus de 10 000 sont des frênes noirs, l'hôte préféré du psylle floconneux. Les autres sont des frênes de Mandchourie ou des hybrides de ces deux espèces de frêne.

Une lutte « pas très efficace »

Au stade de la nymphe, les psylles vivent à l’intérieur ou sous les feuilles des arbres et se nourrissent de leur sève. Martha Barwinsky explique que les feuilles s’enroulent alors sur elles-mêmes, adoptant une forme distordue qui fait penser au chou-fleur, et se remplissent d’une substance cotonneuse blanche.

Des infestations graves ou répétées peuvent tuer les arbres.

Des frênes noirs sont morts à cause de ce parasite.

Martha Barwinsky, responsable de la gestion des arbres à la Ville de Winnipeg

Selon Martha Barwinsky, la Ville est plutôt démunie face à ces parasites. Elle explique que les psylles floconneux du frêne ont déjà été observés dans des villes canadiennes comme Edmonton et Saskatoon, et que la lutte contre ces insectes « ne s’est pas révélée très efficace ».

« Certaines villes ont essayé d’injecter des vaccins dans les arbres pour les protéger ou tuer le parasite, et les résultats ont été très sporadiques », déplore-t-elle.

Selon elle, les forestiers de la ville tentent de déterminer les coûts d’un retrait des arbres contaminés cette année et l’an prochain.

Malgré cet assaut du parasite, Mme Barwinsky se dit optimiste quant à l’avenir des arbres urbains.

« On a un atout incroyable et d’une grande valeur à Winnipeg avec notre forêt urbaine, dit-elle, et on doit juste bien s’en occuper pour garder cette canopée au-dessus de notre ville. »

Avec des informations de Aidan Geary et Julie Dupre

Manitoba

Faune et flore