•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les mèmes Internet en Acadie, une façon d'assumer son identité

Un mème présente une image d'une rivière à l'eau brune. En grosses lettres, il est indiqué : « Évitez les coups de chaleur! Buvez beaucoup d'eau! ».

Les Niaiseries Acadiennes exploitent beaucoup la météo pour faire leurs blagues.

Photo : Niaiseries Acadiennes

Radio-Canada

Avez-vous déjà entendu parler des mèmes Internet? Ce sont des images humoristiques très populaires sur les réseaux sociaux. Quelques humoristes improvisés se sont donné la tâche de produire ces blagues pour le public acadien.

Un texte d’Alix Villeneuve

« [On veut] prendre [...] ce qui se passe dans le monde acadien, et essayer de le tourner en dérision ou en humour », explique André Robichaud, le coadministrateur des Niaiseries Acadiennes, un site Internet qui produit quotidiennement des mèmes Internet.

Son objectif? Produire des contenus humoristiques en exploitant principalement des références que seuls les Acadiens peuvent comprendre.

Des fois, c’est des lieux, des petits noms, des personnages, des affaires que quand tu ne viens pas de la région, tu ne connais pas.

André Robichaud, coadministrateur des Niaiseries Acadiennes
Une personne tient un bar rayé (le poisson) dans ses mains. Elle dit : « On n'a pas tous la même définition "d'aller au bar!" ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Certains symboles, comme ce visage noir et blanc, sont très populaires et fortement utilisés pour faire des mèmes Internet.

Photo : Naisieries Acadiennes

Leurs blagues exploitent le temps qu’il fait, les lieux ou les éléments de l’actualité qui font jaser dans la région.

Cette forme d'humour, qui souvent ne tient qu’à une image, semble faire mouche. Plus de 38 000 personnes suivent la page Facebook des Niaiseries Acadiennes.

Une carte de la région des Maritimes indique que toutes les zones de pêche sont fermées, à l'exception d'un petit point en vert. Il est indiqué : « Si la tendance se maintient... Zone ouverte à la pêche au crabe ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plusieurs blagues font référence à des sujets d'actualité. Ici, il est question des fermetures de zone de pêche qui ont touché la Péninsule Acadienne au printemps.

Photo : Niaiseries Acadiennes

Qu’est-ce qu’un mème?

Pour sa part, Olivier Rioux, un étudiant en information et communication, administre la page Acadie Memes sur Instagram depuis plus d’un an. Son compte compte tout près de 6000 abonnés.

Qu’est-ce qu’un mème? « "Mème" vient d’un mot grec qui veut dire "imiter", parce qu’un mème, c’est une imitation de quelque chose qui arrive, mais que l’on modifie pour le rendre drôle », explique l’étudiant.

Les erreurs de français y sont parfois courantes, notamment pour refléter la prononciation.

En français, « mème » s’écrit avec un accent grave, et se prononce « mèmm ». Toutefois, la prononciation anglophone, « mîmm » est la plus populaire et la plus couramment utilisée.

Un mème compare la Sagouine à ce à quoi pouvait ressembler la reine Cléopâtre en Égypte ancienne. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les deux pages de mèmes souhaitent exploiter les symboles de l'Acadie pour en faire de l'humour.

Photo : Acadie Memes

De l'humour politique

Pour Olivier Rioux, le mème est un moyen de faire passer des messages sociétaux grâce à l’humour, au même titre que ce que font les caricaturistes. Il exploite d’ailleurs beaucoup de sujets liés à la politique et à l’histoire de l’Acadie.

Nombre de ses blagues font référence à la rivalité entre francophones et anglophones, à la déportation des Acadiens, et aux Québécois qui parfois ignorent la réalité des francophones du pays, juge le jeune étudiant.

Il y a une grosse rivalité anglophones-francophones au Nouveau-Brunswick, je vais beaucoup jouer avec ça.

Olivier Rioux, administrateur d'Acadie Memes

« Je parle de la déportation comme trois ou quatre fois par mois, et le monde trouve ça drôle parce qu’il faut rire de soi-même. »

Un homme, représentant les francophones, est en couple avec une femme, qui représente les anglophones. Toutefois, l'homme se montre davantage intéressé par une autre femme, cette fois représentant l'égalité et les droits linguistiques. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La rivalité entre les anglophones et les francophones est un thème très exploité par Acadie Memes.

Photo : Acadie Memes

Selon lui, il ne faut pas prendre ses blagues au premier degré. « Même si je fais des blagues sur les anglophones et les Québécois, je les apprécie quand même! »

« J’ai vraiment peur que quelqu’un quelque part, un anglophone, découvre la page et qu’il ait l’impression que c’est anti-anglophone. Non, ce ne l’est vraiment pas! »

Le fait français mis en valeur par les mèmes?

Le mème Internet permet aux Acadiens de se reconnaître par les blagues sur les réseaux sociaux, jugent les deux hommes.

Ça fait un contenu acadien sur nos médias sociaux. [...] On fait ce qu’on aimerait voir un peu plus sur les réseaux.

André Robichaud, coadministrateur des Niaiseries Acadiennes

Justement, Les Niaiseries Acadiennes ont obtenu en 2016 le prix du consulat général de France pour les provinces de l’Atlantique, qui soulignait la mise en valeur et la promotion de la langue française dans la région.

Un mème indique en grosse lettre : « Tu ne peux pas te faire dire que tu n'es pas un vrai francophone si tu ne vas pas au Québec ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ses blagues rejoindraient un public plus large que seulement l'Acadie, affirme Olivier Rioux.

Photo : Acadie Memes

C’est le même son de cloche avec Olivier Rioux. Ses mèmes permettent selon lui aux communautés francophones du pays de se rejoindre et de rire ensemble.

Il raconte qu'après avoir travaillé aux Jeux de la francophonie canadienne, il a reçu des messages de francophones du Yukon, de la Saskatchewan et de la Colombie-Britannique.

Ça m’a fait réaliser que ma page, elle s’appelle Acadie Memes, mais elle joue beaucoup sur le franco-minoritaire au Canada.

Olivier Rioux, administrateur d'Acadie Memes

Les deux hommes affirment créer des mèmes Internet de façon bénévole. Les quelques revenus générés par les « clics » sur leur publication sont négligeables, selon eux.

Nouveau-Brunswick

Francophonie