•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fermiers du sud de l'Alberta craignent une pénurie de foin à cause de la chaleur

Une moissonneuse verte coupe du foin et soulève un nuage de poussière.

Le fermier Greg Hawkwood pense récolter deux fois moins de foin cette année.

Photo : Radio-Canada / Dave Gilson

Radio-Canada

Les agriculteurs de l'Alberta regardent nerveusement le ciel : la chaleur et le manque de précipitations leur font craindre une pénurie de foin pour nourrir leurs bêtes.

Le fermier Greg Hawkwood, dont les terres se situent près de Cochrane, à l’ouest de Calgary, cultive 162 hectares de foin chaque année. « L’année dernière, j’ai récolté près de 1000 bottes. Cette année, je m’estimerai chanceux si j’en obtiens 400 », déplore l’agriculteur.

Greg Hawkwood porte une casquette, une chemise à carreaux jaunes et des bretelles multicolores. Il se tient dans son champ fraîchement coupé. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le fermier Greg Hawkwood dans son champ à l'ouest de Calgary

Photo : Radio-Canada / Dave Gilson

Selon Barry Yaremcio, spécialiste en fourrage et en boeuf au gouvernement provincial, les agriculteurs d'une grande région de l’Alberta se trouvent dans la même situation que M. Hawkwood.

Même les champs qui ont reçu de la pluie ne produisent que la moitié du foin espéré. Les zones les plus sèches ont un taux de rendement inférieur au tiers de la moyenne habituelle.

D’après M. Yaremcio, la chaleur actuelle ne fait qu’aggraver une situation déjà difficile à la sortie de l’hiver. Plusieurs régions ont en effet souffert de la sécheresse l’année dernière et du surpâturage. Le long hiver a nui à la croissance des plantes.

« C’est une source d’inquiétude. Avec les prix du foin atteignant 200 $ la tonne, les fermiers doivent faire un choix difficile : "Dois-je acheter du foin ou vendre des vaches?" », explique M. Yaremcio.

D’autres devront sacrifier leur récolte de céréales pour transformer le grain en nourriture pour bétail plutôt que le vendre, ajoute-t-il.

Le spécialiste ne qualifie toutefois pas encore la situation de pénurie, car les conditions météorologiques sont bonnes dans les régions les plus au nord de l’Alberta.

D'après les informations de Dave Gilson

Alberta

Conditions météorologiques