•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau condamne Poutine et la Russie, mais pas Trump

Justin Trudeau devant un micro
Justin Trudeau était de passage mardi à Sutherlands River, en Nouvelle-Écosse, pour annoncer un investissement de 90 millions de dollars afin d'améliorer l'autoroute transcanadienne. Photo: The Canadian Press / Darren Calabrese

Le premier ministre Justin Trudeau a évité de critiquer les paroles qu'a prononcées le président américain Donald Trump lors de la conférence de presse conjointe qu'il a donnée lundi, après sa rencontre avec le président russe Vladimir Poutine.

Questionné à ce sujet par les journalistes mardi, M. Trudeau a plutôt souligné l’opposition du Canada aux décisions politiques de la Russie.

« Le Canada a condamné sans équivoque Vladimir Poutine et la Russie », a-t-il déclaré alors qu’il était de passage à Sutherlands River, en Nouvelle-Écosse.

« Qu'il s'agisse de leur annexion illégale de la Crimée, de leur incursion dans le Donbass en Ukraine et du fait que nous sommes heureux d'avoir 200 soldats canadiens qui participent à l'entraînement des armées ukrainiennes. »

« Qu'il s'agisse de leur ingérence en Syrie et du soutien au régime assassin d'Assad, qu'il s'agisse de ce dont ils sont responsables dans l'attaque aux armes chimiques à Salisbury sur le sol britannique contre des ressortissants britanniques. Le Canada a toujours été clair », a-t-il poursuivi.

Aucun commentaire sur Trump

Lorsqu'on lui a demandé précisément ce qu’il pensait des propos de Trump, Justin Trudeau a réitéré son point de vue sur Poutine.

Comme je l'ai dit, nous condamnons la Russie et la manière dont Vladimir Poutine s'engage dans les affaires internationales.

Le premier ministre Justin Trudeau

Lors d'une réunion très médiatisée à Helsinki lundi, Donald Trump a notamment affirmé qu'il ne voyait aucune raison pour laquelle la Russie serait intervenue dans les élections américaines de 2016, malgré les conclusions de ses propres services de renseignement.

Politique fédérale

Politique