•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La drogue Flakka circule dans les rues de Northumberland en Ontario

Le Flakka est un puissant psychostimulant qui se présente comme du verre pilé.
Un puissant psychostimulant connu sous le nom « Flakka » est montré après une saisie de la police de Broward County, en Floride. Photo: Reuters / © Handout . / Reuters

La Police provinciale de l'Ontario (PPO) met en garde les résidents du comté de Northumberland concernant une drogue synthétique appelée Flakka qui provoque de la paranoïa, des psychoses et de l'agressivité. Selon les policiers, cette drogue circule dans la région, mais les revendeurs la font passer pour du Xanax.

Un texte de Myriam Eddahia

Le Service d’analyse des drogues (SAD) de Santé Canada a confirmé la présence de l'alpha-pyrrolidinopentiophénone « Flakka » dans 702 échantillons à travers le pays, depuis 2012.

Santé Canada a identifié 11 cas de présence de Flakka en Ontario, six cas au Québec et un cas en Nouvelle-Écosse cette année, entre le 1er janvier et le 30 juin.

Cette drogue, également baptisée « drogue du zombie », est apparue en 2013 dans le sud des États-Unis avant que sa consommation ne devienne plus courante.

Psychostimulant, proche des amphétamines, sous forme de cristaux et principalement produite en Chine. Impacts sur la santé : angoisse, dépression, grande fatigue, idées suicidaires, paranoïa, psychosesAgrandir l’imageFlakka, drogue synthétique - Photo : Reuters/Handout Photo : Radio-Canada

La PPO souligne que le Flakka peut se trouver sous forme de roches ou de poudre et sa couleur varie.

Les effets de la consommation de cette drogue sont forts et extrêmes et les symptômes peuvent rester jusqu'à 24 heures après la prise de la substance, selon la PPO.

Les consommateurs deviennent agressifs et montrent des symptômes d'agitation extrême, d'hallucinations, de dystonie (des contractions incontrôlables des muscles), de psychose, d'hyperactivité et de force extrême, selon les autorités.

« Là où c'est vraiment dangereux, c'est qu'il y a un impact sur la santé comme des troubles cardiaques ou neurologiques. Ça peut causer des dommages sur les organes internes comme les reins. Il peut donc y avoir des conséquences à long terme à la suite de la prise de cette substance », dit le médecin et chercheur au Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto (CAMH), Bernard Le Foll.

L'hôpital Northumberland Hills confirme avoir eu des cas de consommation de Flakka au cours des six dernières semaines.

« Ce sont des drogues qui sont fabriquées par des chimistes en laboratoire. Ils prennent des formules de drogues et les modifient afin d'en faire des produits nouveaux », conclut le docteur Bernard Le Foll.

Drogues et stupéfiants

Société