•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Basketball : trois joueurs de l’école Jean-de-Brébeuf avec Équipe Québec

Yannice Nlend, Eldrick Rivard et Yve Nsanzinshuti prennent la pose sur un terrain de basketball extérieur. Eldrick tient un ballon entre les mains. Les trois joueurs portent une tenue de basketball aux couleurs de l'équipe du Québec.

Yannice Nlend, Eldrick Rivard et Yve Nsanzinshuti, de l'École Jean-de-Brébeuf, à Québec, prendront part aux Championnats canadiens de basketball à Kamloops en août.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

Radio-Canada

Trois joueurs du programme de basketball l'Aquilon de l'École secondaire Jean-de-Brébeuf, de Québec, ont reçu une excellente nouvelle ces dernières semaines : ils enfileront le maillot de l'équipe du Québec aux Championnats canadiens qui se tiendront le mois prochain à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Un texte de Jean-Philippe Martin

Eldrick Rivard représentera le Québec au sein de l’équipe des 15 ans et moins tandis que Yannice Nlend et Yve Nsanzinshuti s’aligneront avec la formation des 17 ans et moins.

« C’est tout un honneur d’être choisi pour cette équipe-là, raconte Yve, 17 ans. J’étais étonné parce que la plupart des joueurs là-bas sont grands et je m’attendais que le coach ne prenne que les plus grands », raconte le joueur de 1,75 m (5 pieds et 9 pouces).


Yve Nsanzinshuti s'apprête à déposer un ballon de basketball dans un panier.

Yve Nsanzinshuti.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

Si l’honneur et la fierté sont aussi partagés par les deux autres athlètes, imaginez ce que ressent Martin Thibault, directeur sportif et entraîneur de basketball depuis plus de 20 ans à l’école Jean-de-Brébeuf.

« Nous sommes une école de 600 élèves, précise-t-il. Trois joueurs de notre programme sélectionnés pour les équipes du Québec la même année, ça n’arrive jamais chez nous. »

Montréal et les autres

Mériter un poste au sein de l’équipe du Québec est déjà une tâche ardue, c’est encore plus difficile lorsqu’on vient de l’extérieur de la région de Montréal, croit Yve Nsanzinshuti.

« Tout est centré sur Montréal. À notre école, il y a beaucoup de bons joueurs de basketball. C’est simplement qu’ils n’ont pas la même visibilité que les joueurs de Montréal ont », affirme le Camerounais d’origine.


Yannice Nlend s'est taillé un poste au sein de l'Équipe Québec - 17 ans et moins

Yannice Nlend s'est taillé un poste au sein de l'Équipe Québec - 17 ans et moins.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

« Les entraînements ont lieu à Montréal, les entraîneurs viennent de Montréal et ils ont la population, ils en ont des joueurs », précise Martin Thibault.

Les joueurs de Montréal sont athlétiques, explique l'entraîneur, mais Elrick, Yve et Yannice ont une éthique de travail exemplaire.

À l’école, on fait des matins “basket” avant le début des cours et les gars sont toujours là. Le gym est ouvert le midi pour eux, ils sont là. Il faut même les arrêter parfois.

Martin Thibault, entraîneur de basketball, École secondaire Jean-de-Brébeuf

Les kilomètres s’additionnent

Depuis l’annonce de leur sélection, les trois membres de l’équipe provinciale doivent se rendre à Montréal à plusieurs reprises pour prendre part aux entraînements.

Elrick Rivard peut compter sur son père pour assurer les allers-retours entre les deux villes.

« Il me suit depuis que j’ai six ans! Il a raté une game dans ma vie, je pense. C’est toute une chance que j’ai de l’avoir », confie le jeune homme de Stoneham, qui a choisi d’étudier dans le quartier Limoilou pour la qualité du programme de basketball.


Eldrick Rivard s'alignera avec la formation québécoise des 15 ans et moins

Eldrick Rivard s'alignera avec la formation québécoise des 15 ans et moins.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

Yve et Yannice eux, doivent faire preuve de débrouillardise pour assurer leur transport et leur hébergement dans la métropole.

« Sur Facebook, il y a un groupe de gens qui font des voyages vers Montréal. Des fois, on trouve en cinq minutes, des fois, c’est plus long. Le plus dur, c’est de trouver celui qui t’amène à l’heure. La plupart du temps, on arrive trop tôt », dit le jeune homme originaire de Tanzanie, en souriant.

Les trois joueurs iront bientôt s’installer à Montréal pendant trois semaines pour un dernier blitz d’entraînement avant le départ pour Kamloops. Les matchs seront présentés à l’Université Thompson Rivers à compter du 6 août.

Québec

Basketball