•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Saint-Boniface est une communauté unique, passionnante » — Dougald Lamont

un homme et une femme s'embrasse

Moment d'émotion pour Dougald Lamont. Le chef libéral a gagné son pari et devient le député provincial de Saint-Boniface.

Photo : Radio-Canada / Samuel Rancourt

Radio-Canada

Le chef du Parti libéral du Manitoba, Dougald Lamont, est élu député de la circonscription provinciale de Saint-Boniface.

Dougald Lamont devient ainsi le quatrième député du Parti libéral à l'Assemblée législative, ce qui permet à la formation politique qu’il dirige d’obtenir le statut de parti officiel à la Chambre.

Se disant « sous le choc, mais très content » du résultat de l’élection, M. Lamont s’est exclamé : « Saint-Boniface est une communauté extraordinaire, unique, passionnante. C’est un honneur de la représenter. »

On a travaillé vraiment fort, on a commencé au mois de mars à frapper aux portes. Je connais beaucoup de gens à Saint-Boniface, je rencontrais mes anciens enseignants et enseignantes, c’était vraiment quelque chose de spécial.

Dougald Lamont

Des priorités locales

La priorité du nouvel élu : établir son bureau et trouver des employés, pour « avoir une présence, contacter les gens » et « commencer à bâtir et à renforcer ces liens » créés pendant la campagne électorale.

Au sujet des sols contaminés au plomb dans un secteur de Saint-Boniface, le député parle du rapport que le gouvernement provincial, dit-il, « a gardé secret pendant deux semaines parce qu’il y avait une élection partielle, alors que c’est une question de santé publique ».

Désireux de rencontrer « tout de suite » les résidents concernés, il entend aussi « parler avec la ministre Squires » et faire de la question des sols pollués une priorité, « maintenant qu’on sait qu’il y a des risques sérieux pour la santé ».

Revoyez notre émission en direct

Le député veut aussi rencontrer la Division scolaire franco-manitobaine pour discuter des 94 recommandations faites à la province à la suite des changements contestés apportés au Bureau de l’éducation française l’automne dernier.

Insistant sur l’importance des liens avec la communauté, Dougald Lamont rappelle ainsi que c’est en consultant les gens qu’il en est venu à proposer de « faire de Saint-Boniface un [centre] créatif ».

« Il y a des racines libérales profondes à Saint-Boniface. C’est une communauté très [avertie sur le plan] politique, très engagée. Ça montre que, si on peut gagner ici, on peut gagner ailleurs et que le changement pour le mieux, c’est possible », estime Dougald Lamont.

Résultats du vote (partiels et non officiels*)

Dougald Lamont : 2625 voix
Blandine Tona : 1770 voix
Françoise Therrien Vrignon : 1017 voix
Mamadou Ka : 834 voix
* au moment de publier.

Cliquez ici pour suivre nos reporters sur le terrain (Nouvelle fenêtre)

Les autres candidats

Les candidats défaits Mamadou Ka et Françoise Therrien Vrignon se sont rendus à l’hôtel Norwood, où les libéraux s’étaient réunis, pour féliciter le nouveau député.

Sur la terrasse du Centre culturel franco-manitobain, quelque 70 partisans néo-démocrates ont chaudement applaudi leur candidate, Blandine Tona, quand elle est venue les rejoindre. « C’est le début de la bataille, leur a-t-elle dit, et je serai prête pour la prochaine ronde. »

Le chef du NPD, Wab Kinew, qui a félicité la candidate pour sa campagne, estime que le résultat de l’élection envoie un message au gouvernement progressiste-conservateur de Brian Pallister, dont le candidat s’est retrouvé en queue du peloton.

« Je pense que les résidents de Saint-Boniface ont lancé le message au gouvernement de Pallister qu'ils n'appuient pas les compressions budgétaires, a déclaré M. Kinew. Nous avons appuyé une candidate excellente qui représente la communauté, qui habite dans le quartier » mais, a-t-il ajouté, « les électeurs ont préféré le leader libéral ».

Commentant la perte de Saint-Boniface, le chef du NPD a dit que personne ne pensait que le retour des néo-démocrates au Manitoba se ferait en un an ou deux : « C'est un projet à long terme et c'est de cette façon que je le regarde. »

Une femme et un homme qui parle dans un micro.

La candidate défaite, Blandine Tona et Wab Kinew, chef du Nouveau Parti démocratique du Manitoba, se sont adressés aux personnes réunies sur la terrasse du Centre culturel franco-manitobain pour remercier leurs partisans.

Photo : Radio-Canada / Camille Gris Roy

Deux partis dans l’opposition

Pour l’analyste politique Roger Turenne, non seulement cette élection marque le retour du statut officiel du Parti libéral à l’Assemblée législative, mais elle montre que Wab Kinew ne sera plus le seul chef d’un parti d’opposition à faire entendre sa voix.

« Dougald Lamont va concurrencer Wab Kinew, qui perd son monopole, dit-il. Cette défaite augure très mal pour le NPD dans Saint-Boniface. »

Roger Turenne souligne par ailleurs la présence marquée de l’aile fédérale du Parti libéral pendant la campagne. « Il y a un intérêt fédéral là-dedans de la part des libéraux fédéraux, on a vu [le député fédéral Daniel] Vandal dans la campagne », remarque-t-il.

Vers des élections fédérales

« J’ai senti que c’était le temps pour un changement et je suis très content que Dougald ait gagné », affirme Daniel Vandal, soulignant au passage le travail de l’ancien député Greg Selinger, qui, dit-il, « a été un bon représentant pour Saint-Boniface ».

« Mon élection fédérale est dans un an et une couple de mois, ajoute Daniel Vandal. Quand Pallister et Kinew essaient de gagner dans ma cuisine dans Saint-Boniface, il faut que je m’implique. C’était dans mon intérêt de le faire, c’était une bonne manière d’organiser les troupes et les bénévoles pour ma [future] campagne. Et faire du porte-à-porte, c’est toujours intéressant. »

Le nouveau député succède à Greg Selinger, qui a occupé le siège de 1999 jusqu’à sa démission, en mars dernier.

L’élection partielle a été déclenchée le 19 juin et la campagne électorale, la première à se produire en juillet au Manitoba, a duré 28 jours.

Manitoba

Politique provinciale