•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une éclosion d'algues bleu-vert dans le lac Érié prévue cet été

L'eau du lac Érié est couverte d'algues de couleur verte.

Les experts s'attendent à un épisode important de prolifération d'algues bleu-vert cette année dans le lac Érié.

Photo : Associated Press / Haraz N. Ghanbari

Radio-Canada

L'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) prévoit une éclosion toxique de cyanobactéries, communément appelées algues bleu-vert, dans la partie ouest du lac Érié cet été.

L’index de l’éclosion sera environ de 6 cette année dit le Dr Richard Stumpf de la NOAA, l'agence américaine responsable de l'étude de l'océan et de l'atmosphère. La plus grosse éclosion s'est produite en 2015, où l’index était à ce moment-là de 10,5.

Cet index sert à déterminer l'ampleur des éclosions, et non la toxicité que les cyanobactéries représentent.

La grosseur d’une éclosion d’algues n’indique pas nécessairement à quel point elle est toxique, explique Raj Gill, l’organisatrice pour les Grands Lacs de Freshwater Alliance, un organisme qui promeut la protection de l’eau douce au Canada.

Une éclosion pourrait être très petite, mais toxique, tandis qu’une autre, bien que plus importante, pourrait ne représenter aucun danger pour les humains et les animaux.

Pour la province de l'Ontario : 272 M$ par an et pour les États-Unis sur 30 ans : 1,4 milliard de dollars

Prévision des coûts de la cyanobactérie au lac Érié si l'on ne fait rien

Photo : Associated Press / Photo : Associated Press/NOAA

Pour l’instant, le Dr Stumpf et son équipe ne peuvent pas prédire l’ampleur de la toxicité des bactéries qui vont croître dans le lac cet été.

En revanche, ils affirment que le lac présente toujours un peu de toxicité. Nous travaillons pour trouver une façon de prédire la toxicité des lacs, parce que c’est un très gros problème, indique-t-il.

Si l’on ne fait rien pour remédier à la situation, le problème des algues coûtera aux États-Unis 1,4 milliard de dollars d’ici les 30 prochaines années, ajoute le Dr Stumpf. Selon lui, les pertes économiques se verront notamment dans la dévalorisation des propriétés, dans la perte de touristes et dans les coûts allant vers la décontamination de l’eau.

Quant aux pertes calculées pour le Canada, elles sont de 272 millions de dollars par an, selon la NOAA.

Qu’est-ce que les cyanobactéries?

Les cyanobactéries sont communément appelées algues bleu-vert, mais elles ne sont en fait pas des algues. Il s'agit plutôt de bactéries qui prolifèrent dans l’eau douce. Elles sont d'ailleurs souvent confondues avec d’autres algues, qui sont envahissantes et nuisibles, mais pas dangereuses pour la vie humaine, comme mentionné par Mme Gill.

Ces bactéries se nourrissent notamment de phosphore, de potassium et de nitrate. Ce sont tous des ingrédients présents dans les fertilisants agricoles utilisés par les agriculteurs aux alentours du lac, indique Charles Lalonde, le coordonnateur de biomasse pour la Fédération des agriculteurs de l'Ontario.

Les cyanobactéries se retrouvent dans tous les Grands Lacs, mais plus précisément dans le lac Érié. Cela est dû au fait que ce grand lac est moins profond que les autres.

Charles Lalonde, coordonnateur de biomasse pour la Fédération des agriculteurs de l’Ontario

Il y a 4 millions d’hectares de terre agraire à l’embouchure de la rivière Maumee du côté des États-Unis. Au Canada, il y a 2 millions d’hectares de terre agraire près des berges du lac Érié.

Les agriculteurs utilisent une livre de phosphore pour fertiliser un hectare de terre. Imaginez la quantité totale de phosphore qui s'accumule lorsqu'on additionne tous ces millions d'hectares souligne M. Lalonde.

Lorsque les pluies printanières sont fortes, ces fertilisants répandus en grande quantité se retrouvent dans l’eau des lacs. C’est facile de comprendre qu’au printemps, il y a une plus grande perte de phosphore dans les terres, parce qu’il y a la fonte des neiges et cela apporte beaucoup plus d’eau, précise-t-il.

Ces toxines sont très dommageables pour la santé, ajoute Raj Gill. Elles peuvent avoir un impact sur le cerveau et le foie, alors ce n’est vraiment pas quelque chose que l’on doit consommer.

L'experte des Grands Lacs rapporte qu'il y a même eu des cas où des gens se promenant en kayak ont été affectés par ces bactéries en les respirant. Selon elle, se baigner dans des eaux contaminées peut notamment irriter la peau.

Une résolution possible selon les experts

Dans les années 60 et au début des années 70, le lac Érié a en fait été déclaré presque mort, tellement les algues et les toxines étaient omniprésentes et dommageables.

Raj Gill, organisatrice pour les Grands Lacs de Freshwater Alliance

C’est à ce moment que le Michigan a lancé un programme d’assainissement des eaux et divers règlements pour contrôler la quantité de phosphore dans les détergents qui se retrouvaient dans le lac, ajoute Mme Gill.

Ces règlements ont vraiment éradiqué le niveau de phosphore et, par voie de conséquence, de cyanobactéries dans le lac, dit Mme Gill. Nous l’avons fait auparavant, nous pouvons le faire à nouveau, dit-elle en parlant de l'assainissement du lac Érié.

Les autorités marines n’ont pas eu de problèmes avec les cyanobactéries pendant les 20 années subséquentes, dit le Dr Stumpf. Il ajoute qu'il faut maintenant trouver une façon de fertiliser les champs qui ne cause pas de cyanobactéries.

Windsor

Faune et flore