•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'absence du Mondial des cultures se fait ressentir à Drummondville

L'absence du Mondial des cultures se fait ressentir à Drummondville
Radio-Canada

Un an après la fin du Mondial des cultures, des commerçants du centre-ville de Drummondville disent ressentir les effets de son absence. Malgré un engouement à la baisse au cours des dernières années, le rassemblement populaire générait néanmoins de l'activité en plein cœur du centre-ville.

Le Mondial des cultures a déclaré forfait l’année dernière après 35 ans d’existence. Un associé du restaurant La Muse, Étienne Arel-Paulin, voit déjà l’impact de l'annulation.

C’est un peu moins festif. Avant, la rue était barrée et on pouvait attirer du monde. Il y avait beaucoup de monde qui passait, qui venait à l’évènement. C’est [maintenant] beaucoup plus calme.

Étienne Arel-Paulin, propriétaire du restaurant La Muse

Selon le commerçant, le festival était l’une des semaines les plus lucratives de l’année.

Il y a moins d'achalandage, renchérit le propriétaire du magasin de jouets Chez tante Lucie. Il y a moins de monde qui passe sur la rue pour venir nous voir. Par les années passées, on avait des gens de l'extérieur et on pouvait leur montrer nos produits. 

La chocolatière Daisy Forest ne partage pas l'avis de ses confrères. Selon elle, la fin du rassemblement culturel semble avoir eu un effet négligeable sur son commerce. J'ai des clients qui ne venaient pas me voir pendant l'évènement, ajoute-t-elle, car c'était plus compliqué avec les stationnements. Alors pour moi, ça n'a pas eu tellement d'impacts, mais il y a quand même pas mal moins de vie au centre-ville.

Le Mondial des cultures de Drummondville avait généralement lieu dès la deuxième semaine du mois de juillet pour une période de 10 jours.

Un nouveau forum de discussion

En mai dernier, des entrepreneurs de la Ville ont créé un nouveau forum d’échange visant à dynamiser le centre-ville. Une vingtaine de commerçants du coin se sont alors unis sous la bannière de Connexion Centro pour organiser des évènements conjointement.

Le but, c'est que chacun y amène son expertise et son produit pour que, par exemple, on puisse tous faire des promotions en même temps, mentionne le propriétaire de La Sainte Paix, Kevin Poirier.

La Ville se dit ouverte à collaborer pour développer de nouvelles idées avec la communauté d'affaires. C'est notre diversité qui fait notre popularité au centre-ville, lance la conseillère municipale Catherine Lassonde. Nos terrasses sont achalandées et on a aussi beaucoup de concerts gratuits au centre-ville. Ce sont déjà des mesures qui font en sorte que l'on dynamise le centre-ville.

Estrie

Économie