•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une communion historique sous le signe de la réconciliation

Plusieurs centaines de fidèles ont assisté à la messe en pleine air donnée dans le cadre des 200 ans de l'église catholique dans l'Ouest canadien. Photo: Radio-Canada / Les Productions Rivard
Radio-Canada

Une grande messe extérieure a réuni des milliers de fidèles dimanche devant l'ancienne cathédrale de Saint-Boniface à Winnipeg pour souligner les 200 ans de l'Église catholique dans l'Ouest canadien.

Un texte de Pierre Verrière

Deux cents ans après l'arrivée de l'abbé Norbert Provencher, venu de Montréal en canot, l'histoire a semblé se répéter dimanche sur les bords de la rivière Rouge.

Le temps d'une reconstitution historique, l'archevêque de Saint-Boniface, Mgr Le Gatt, a endossé les habits de l'illustre personnage. Pour d'autres venus costumés, l'événement était tout aussi solennel.

« C'est important de se rappeler nos routes, l'histoire de où on vient », a souligné Geneviève Wood, membre de la Société pour l'histoire vivante du Manitoba.

C'est la rencontre historique entre deux mondes que l'on a voulu rappeler dimanche.

Dès leurs arrivée sur ce qui fut autrefois les berges de la colonie de la rivière Rouge, l'archevêque de Saint-Boniface et le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec, ont rencontré des représentants autochtones. Ils ont pris part à une brève cérémonie avant de se rendre à l'ancienne cathédrale de Saint-Boniface.

Des personnes prennent part à une cérémonie de purification autochtone avec de la fumée de sauge. Les représentants de l'Église ont pris part à une brève cérémonie avec des aînés autochtones avant de se rendre à la cathédrale de Saint-Boniface. Photo : Radio-Canada / Pierre Verriere

Dans l'assistance, cette image a une résonnance particulière pour certains.

« Je suis très fier de voir mes racines autochtones et métisses. Mes anciens, les Vandals, les Jéromes, vivaient le long de la rivière Rouge et ont beaucoup collaboré avec la religion chrétienne catholique. C'est un temps pour célébrer », a déclaré le député fédéral de Saint-Boniface—Saint-Vital, Daniel Vandal.

Un homme au cheveux gris porte une chemise métisse bleue.Le député fédéral de Saint-Boniface / Saint-Vital Daniel Vandal dit avoir pensé à ses propres ancêtres Métis pendant cette journée particulière. Photo : Radio-Canada / Pierre Verriere

Si l'Église célèbre 200 ans d'évangélisation, les célébrations ont surtout voulu être une ode à la fraternité et à la réconciliation.

« L'esprit de nos ancêtres, on en parle beaucoup à nos enfants, on réfléchit de temps en temps, mais là, avec la grande communauté, on les sent plus présents », a estimé David Dandaneau, le président-fondateur du Conseil Elzéar-Goulet.

Pour sa part, la présidente de l'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba s'est dite inspirée et pleine d'espoir.

« Nous sommes vraiment dans une ère où l'on parle beaucoup de réconciliation et je trouve que ça commence à porter ses fruits et puis je commence à y croire », a-t-elle confié.

C'est en plein air que la messe a ensuite été célébrée, présidée par le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec.

Un homme d'église dans sa robe verte porte une calotte rose.Le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec et primat du Canada. Photo : Radio-Canada

Ce dernier a fait part de sa récente rencontre avec le pape François et de ses discussions à propos des relations entre l'Église et les communautés autochtones.

Le primat du Canada a ensuite a lu une lettre du Pape adressée aux catholiques du Canada, dans laquelle celui-ci reconnaît le processus de réconciliation en cours au pays.

Le chef de l'Église catholique y appelle à plus de compréhension mutuelle, de respect et de justice.

« Ce qui m'a frappé le plus, c'est l'effort de reconnaître dans l'Église catholique notre beau passé, mais aussi peut-être les choses qu'on a besoin de redresser », a souligné la soeur Norma McDonald, de la congrégation des soeurs de Sainte-Croix.

« Je pense que ça démontre la force de l'Église catholique dans le monde, pas seulement au Canada, et ça démontre que les gens se donnent l'un à l'autre », a pour ça part résumé Gabriel Forest, un résident de Saint-Boniface.

Dimanche, Saint-Boniface a souhaité avant tout célébrer l'humanité et la fraternité de tous les hommes qui ont peuplé l’ouest et le nord du pays.

Manitoba

Croyances et religions