•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kanata : Konrad Sioui demande à Robert Lepage de respecter les Premières Nations

Konrad Sioui, grand chef de Wendake
Konrad Sioui, grand chef de Wendake Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le grand chef de Wendake unit sa voix à celles des Autochtones qui dénoncent le prochain spectacle de Robert Lepage intitulé Kanata. Konrad Sioui demande le respect et affirme que les Premières Nations sont capables de parler pour elles-mêmes.

Un texte d’Alexandre Duval

« Je respecte beaucoup Robert Lepage. Il vient ici souvent. C'est un de nos amis. C’est un ami de la nation huronne-wendat », précise Konrad Sioui.

« Mais de ce côté-là, je demande à Robert et à tous ceux qui travaillent dans ce monde artistique là de respecter la présence des Premières Nations […] et surtout la valeur de ce qu’on est capable de faire, c’est-à-dire nous représenter nous-mêmes, parler pour nous-mêmes », ajoute-t-il.

Spectacle critiqué

Dans une lettre ouverte diffusée samedi, une vingtaine de membres des Premières Nations ainsi qu’une dizaine de leurs alliés ont remis en question le spectacle Kanata, qui sera présenté à Paris en décembre.

Bien que le spectacle traite de l’histoire du Canada à travers la relation entre Blancs et Autochtones, aucun des quelque 34 acteurs embauchés n’est issu des Premières Nations.

La compagnie de Robert Lepage, Ex Machina, a informé Le Devoir que des Autochtones ont été consultés pour la création du spectacle et que des témoignages vidéo d’Autochtones feront partie de l’œuvre.

Konrad Sioui n’en a que faire : même si la réalité s’avérait bien dépeinte, « ça reste toujours une polémique parce qu’on a trop subi ces affronts-là. On n’est plus dans les films de John Wayne! »

Il y a tellement de gens qui se sont permis des propos, de nous décrire, de définir notre histoire, définir notre parcours, nous traiter d'immigrants à partir de fausses notions anthropologiques, archéologiques et historiques aussi.

Konrad Sioui, grand chef de Wendake

Agir en « larrons »

Le grand chef de Wendake affirme que la tendance est forte, « surtout au Québec » pour que des « soi-disant spécialistes des Premières Nations » et des « anthropologues » occupent l’espace public pour parler en leur nom.

« Ça se voit dans le domaine des arts, des comédiens, des acteurs qui, matachiés, déguisés, se prennent pour des Premières Nations, se prennent pour nos gens et dans le fond, agissent en larrons. »

Il s’agit d’une deuxième controverse de suite pour Robert Lepage, dont le spectacle SLĀV a été annulé par le Festival de jazz de Montréal après quelques représentations seulement. Des manifestants avaient accusé la production de racisme et d’appropriation culturelle.

Avec les informations de Tifa Bourjouane

Société