•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éducation sexuelle : l'Ontario met les jeunes en danger, dit le père de Rehtaeh Parsons

Selfie pris par Rehtaeh Parsons.

Rehtaeh Parsons.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Le gouvernement ontarien met des adolescents en danger en abrogeant son programme moderne d'éducation sexuelle, croit le père de Rehtaeh Parsons, une adolescente de la Nouvelle-Écosse victime de harcèlement en ligne qui est décédée après une tentative de suicide.

Mercredi dernier, le nouveau premier ministre progressiste-conservateur de l’Ontario, Doug Ford, annonçait la fin du programme d’éducation sexuelle adopté par l’ancienne première ministre libérale Kathleen Wynne.

Dès septembre, les élèves de la province suivront une ancienne version du programme, datant de 1998. La version mise à jour et adoptée par le gouvernement Wynne en 2015 abordait des sujets comme le consentement aux relations sexuelles, le harcèlement en ligne, le sextage et les relations entre personnes de même sexe.

« C’est révoltant de les voir faire ça », affirme Glen Canning, le père de Rehtaeh Parsons.

Glen Canning en entrevue à la télévision.

Glen Canning, le père de Rehtaeh Parsons.

Photo : CBC

En novembre 2011, Rehtaeh Parsons, qui était alors âgée de 15 ans, aurait subi un viol collectif. Des photos de l’agression présumée avaient été prises et avaient circulé parmi les jeunes de son école.

L’adolescente de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, est décédée le 7 avril 2013 à l’âge de 17 ans, à la suite d'une tentative de suicide que sa famille attribue à des mois d’intimidation et de harcèlement.

Rehtaeh Parsons à la plage.

Rehtaeh Parsons.

Photo : Leah Parsons

Glen Canning est convaincu que si un cours d’éducation sexuelle semblable à celui adopté en Ontario en 2015 avait été enseigné dans les écoles de la Nouvelle-Écosse lorsque sa fille y étudiait, Rehtaeh Parsons serait peut-être toujours en vie.

« Je crois que j’aurais toujours ma fille avec moi aujourd’hui », dit-il.

M. Canning juge que l’abandon de ce programme signifie que les enfants et les adolescents ontariens perdent une chance d’être informés sur des sujets qui leur permettraient d’être plus en sécurité à l’école, comme la violence sexuelle, le consentement et les problèmes touchant les personnes LGBT.

Selon Glen Canning, beaucoup de parents n’abordent pas avec leurs enfants des sujets comme l’exploitation sexuelle, le harcèlement et l’intimidation. Si les parents et les écoles faillissent à cette tâche d’éduquer les jeunes, d’autres adolescents en souffriront de la même manière que Rehtaeh Parsons, déplore-t-il.

Ce qui est arrivé à ma fille aurait pu être évité avec un bon programme d’éducation sexuelle.

Glen Canning, père de Rehtaeh Parsons

La nouvelle ministre de l’Éducation en Ontario, Lisa Thompson, dit que le gouvernement conservateur veut consulter les parents sur l’élaboration d’un nouveau programme d’éducation sexuelle.

En Nouvelle-Écosse, la Loi sur les images intimes et la cybersécurité, qui encadre les questions de cyberintimidation et de diffusion sans consentement d’images intimes, est entrée en vigueur plus tôt ce mois-ci.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Sexualité