•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cliniques pour diminuer le nombre de morts à moto

Une motocyclette
Une motocyclette Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Chaque année, le constat est le même : de nombreux motocyclistes meurent pendant les vacances de la construction. Dans l'espoir de sauver des vies, la Fédération motocycliste du Québec offre cette fin de semaine des cours de perfectionnement à Québec et à Brossard.

Un texte d’Alexandre Duval

Le directeur général de la Fédération, Jean-Pierre Fréchette, affirme que dans environ 50 % des accidents mortels, c’est le motocycliste lui-même qui a perdu le contrôle de son véhicule.

Alors que les vacances de la construction approchent à grands pas et que les routes seront particulièrement achalandées, M. Fréchette croit que l’occasion est idéale pour parfaire les habiletés des motocyclistes qui sont déjà détenteurs d’un permis.

« Il y a beaucoup de motocyclistes qui prennent la route et qui le font de manière très occasionnelle, donc avec peu d’expérience ou peu de formation », soutient M. Fréchette.

Il y a une recrudescence de baby-boomers qui prennent la moto en ayant eu leur permis, clause grand-père, et qui finalement arrivent sur la route sans être préparés.

Jean-Pierre Fréchette, directeur général de la Fédération motocycliste du Québec

En 2017, pas moins de 49 motocyclistes ont perdu la vie sur les routes du Québec, selon la Société d’assurance automobile du Québec. De ce nombre, 23 morts sont survenues pendant les vacances de la construction.

Gagner en confiance

Les cours offerts samedi à Québec, puis dimanche à Brossard, seront donc l’occasion d’exercer les techniques de conduite à basse vitesse, de louvoiement et de freinage d’urgence, par exemple.

« Qui a la chance de pratiquer un freinage d’urgence? On roule, on roule, puis à un moment donné, quand on en a besoin, c’est là qu’on se rend compte qu’on ne l’a pas pratiqué! », avance M. Fréchette.

Il explique que sous la supervision de moniteurs, les motocyclistes gagneront en confiance. Ils apprendront aussi que le type de motocyclette qu’ils enfourchent change une panoplie de paramètres dans la conduite.

Améliorer sa conduite

Le motocycliste Daniel Girard suit la formation pour la deuxième fois. Il croit que les cours de perfectionnement devraient être obligatoires.

« Je pense qu'on est jamais assez bon [...] ça fait au dessus de 30 ans que j'en fais. J'ai commencé l'an dernier à le faire [le cours] », dit-il, soulignant qu’il veut s’améliorer d’une année à l’autre.

On les aide à comprendre comment leur moto fonctionne. On change de moto, on n’a pas le même centre de gravité, on n’a pas le même empattement, on n’a pas le même poids, on n’a pas les mêmes types de freins.

Jean-Pierre Fréchette, directeur général de la Fédération motocycliste du Québec

Le cours Moto Pro de niveau 1 est offert dès 8 h, samedi à Québec, au 2740 rue Einstein. Quant à la clinique de dimanche, elle a aussi lieu dès 8 h, au 4700 boulevard Lapinière.

Tous les détenteurs d’un permis de moto peuvent s’y inscrire. Le coût est de 100 $ pour les membres de la Fédération motocycliste du Québec et de 160 $ pour les non-membres.

Prévention et sécurité

Société