•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Playland, des montagnes russes en bois à couper le souffle du haut de leurs 60 ans

Les montagnes russes en bois de Playland : une vraie merveille scientifique
Radio-Canada

Dans la région de Vancouver, l'été rime souvent avec le parc Playland. Parmi les attractions, il y a les fameuses montagnes russes en bois qui soufflent leurs 60 bougies cette année. L'attraction réussit à séduire les amateurs de sensations fortes malgré son apparence vétuste.

Un texte de Noémie Moukanda

Il est impossible de les manquer lorsqu’on entre dans le parc d’attractions Playland du Pacific National Exhibition à Vancouver : structure unique, flamboyante par leur aspect et non leurs couleurs, les montagnes russes en bois sont un joyau national, lance fièrement Laura Ballance, porte-parole du Playland.

Ces montagnes russes sont les dernières en bois construites par ses concepteurs. Pour comprendre pourquoi, il faut remonter le temps.

La dame en bois

L’attraction, en sapin de Douglas, a été conçue en 1956 par Carl Phare. Walker LeRoy a dirigé sa construction un an plus tard. « Ces deux messieurs étaient à l'industrie des parcs d'attractions ce que George Lucas et Steven Spielberg sont à l'industrie du divertissement », explique Laura Ballance.

Les montagnes russes en bois sous le soleil et dans un ciel bleu azur.Agrandir l’imageLe côté nord de la montagne russe en bois du parc Playland à vancouver Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Puis, en 1958, c’est l’ouverture officielle en plein été. Mais une décennie plus tard, c’est déjà la déchéance pour ces structures en bois. « Dans les années 1970, dans les grands parcs des États-Unis, ils ont commencé à démanteler les montagnes russes en bois au profit des grandes montagnes russes en acier », explique Mme Ballance. Mais à l'époque, Playland ne pouvait pas se permettre, financièrement, de démolir l’attraction.

Ce n'est pas seulement un trésor de Vancouver, mais un véritable trésor canadien. Nous sommes vraiment chanceux de l'avoir.

Laura Ballance, porte-parole du Playland

Unique en tout genre

Les montagnes russes comptent trois véhicules, mais deux seulement se relaient à même l'attraction. Chaque train peut transporter jusqu'à 16 personnes. Le fait qu’elles soient en bois confère un caractère unique à chaque tour que l’on y fait.

[Le train] bouge, se penche et change à chaque tour. Et, en un jour aussi ensoleillé qu'aujourd'hui, il va un peu plus vite.

Laura Ballance, porte-parole du Playland

Laura Ballance estime que l'expérience n’est jamais la même : « On a l’impression qu’à chaque fois que l’on monte dans le train c'est comme une première. » Cette sensation est accentuée par le fait que les 90 secondes du parcours se vivent avec un système de sécurité se limitant à la hauteur des cuisses. Le dessus du corps n’est pas protégé comme c’est souvent le cas dans ce genre d’attractions.

La rampe d’accès inclinée qui est en début de parcours constitue la seule partie mécanique de l’attraction. Après cette première élévation, le train se lance, selon les principes de la loi de la gravité, à travers une série d’ascensions, de chutes, de virages et de descentes classiques.

C'est une véritable merveille de physique, car après la première montée, la course se fait entièrement grâce à la loi de la physique et à l’élan.

Laura Ballance, porte-parole du Playland

L’ingéniosité de la machine fait qu’elle est devenue un cas d’études universitaires, affirme Laura Ballance. Des professeurs du monde entier, notamment du Japon ou de l’Université de la Colombie-Britannique, citent ces montagnes russes en exemple dans leur cours de physique moderne, dit-elle.

Cette attraction est d’autant plus spéciale que, quand elle a été conçue, « beaucoup de gens ne pensaient pas que ça fonctionnerait », souligne Mme Ballance. Et pour que l'adrénaline soit à son comble à chaque parcours, l’appareillage est maintenu par une équipe spéciale. « C’est l’une des attractions les mieux entretenues d'Amérique du Nord », souligne Laura Ballance.

Ce ne sont pas les plus grandes montagnes russes, ni les plus rapides. Mais je mets n’importe qui au défi de dire que ce ne sont pas les meilleures.

Laura Ballance, porte-parole du Playland
16 personnes sont assises dans un train de l'attraction et certains d'entre eux lèvent les brasLa montagne russe en bois du parc d'attractions Playland à Vancouver Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Une popularité grandissante

Chaque année, les montagnes russes en bois du Playland attirent un demi-million d’amateurs de sensations fortes des quatre coins du monde. Des célébrités hollywoodiennes comme Ryan Reynolds ne manquent pas d’y faire un tour quand elles sont de passage, raconte Laura Ballance. Il y en a même qui se sont mariés au rythme des propulsions et des pentes sinueuses de l'attraction.

Beaucoup de gens considèrent [ces montagnes russes] comme leur tradition estivale. C’est un passage obligé. On n’est pas un Vancouvérois tant qu'on n’a pas fait un tour sur ces montagnes russes en bois.

Laura Ballance, porte-parole du Playland

Des adolescents en ont d’ailleurs fait une habitude à chaque visite dans le parc d’attractions, malgré son aspect vieillot « qui donne l’impression que ça va briser », confiaient-ils.

Colombie-Britannique et Yukon

Jeux