•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé Canada va serrer la vis aux producteurs de cannabis qui commanditent des événements

Des plantes de marijuana dans les installations d'Aurora Cannabis.
Le cannabis sera légal au Canada à compter du 17 octobre 2018. Photo: Radio-Canada / Julien Lecacheur
La Presse canadienne

Santé Canada se prépare à sévir contre les producteurs accrédités de cannabis thérapeutique qui commanditent des festivals de musique et autres événements publics, prévient l'organisme fédéral dans un communiqué publié vendredi.

L'agence fédérale « se préoccupe » de certaines entreprises impliquées dans des parrainages commerciaux et d'autres activités promotionnelles qui violent la Loi sur le cannabis.

Santé Canada insiste sur le fait que le gouvernement « a énoncé très clairement » les interdictions de la loi, dont la publicité auprès des jeunes.

L'organisme public soutient que plusieurs entreprises de cannabis ont été impliquées dans diverses opérations de marketing qui ont retenu son attention. Le communiqué semble cibler particulièrement des festivals de musique.

« Les agissements de certaines entreprises ont mis en évidence la nécessité de prévoir des interdictions dans la Loi et de les faire respecter rigoureusement », peut-on lire dans la publication.

Poursuites criminelles

Le fabricant Tweed, une division du groupe Canopy Growth, fait partie des entreprises qui ont commandité des événements un peu partout au pays, dont le festival Field Trip et la semaine de la fierté à Toronto cet été.

Aurora Cannabis a commandité cette année le festival North By Northeast, aussi à Toronto.

« Santé Canada examine les agissements des producteurs autorisés actuels et prendra toutes les mesures possibles pour les amener à se conformer aux lois en vigueur », prévient l'agence fédérale.

Les contrevenants s'exposent à la suspension de leur permis et à des poursuites criminelles pouvant entraîner une amende maximale de 5 millions de dollars et même une peine d'emprisonnement.

Santé publique

Politique