•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bilan du PLQ en santé assombri par la réforme Barrette

Gaétan Barrette a dévoilé ses promesses électorales en compagnie de Philippe Couillard le 11 mars 2014 à Trois-Rivières

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Le Parti libéral du Québec (PLQ) avait fait une trentaine de promesses dans le domaine de la santé lors de la campagne électorale en 2014. Ont-elles été respectées? Nous nous sommes penchés sur cette question.

Un texte de Mélanie Meloche-Holubowski

Des chercheurs de l’Université Laval qui ont étudié ces engagements en santé donnent une note de près de 80 % au gouvernement Couillard. Ils estiment que :

  • 43 % ont été réalisés;
  • 35 % ont été partiellement réalisés;
  • 22 % n’ont pas été réalisés.

« Dans l'ensemble, le score de Couillard est le meilleur score de tous les gouvernements qu'on a étudiés » depuis les années 1990, dit François Pétry, professeur associé au département de science politique à l’Université Laval et l'un des créateurs du Polimètre (Nouvelle fenêtre).

Toutefois, plusieurs experts consultés estiment que cette note ne reflète pas les répercussions de la réforme Barrette, qui, faut-il rappeler, n’était pas une promesse électorale.

Selon François Champagne, professeur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, le gouvernement Couillard est allé bien au-delà de ce qui avait été promis.

Si vous mettez l’accent seulement sur les promesses, vous passez à côté de ce qui a vraiment été fait dans le système et qui a eu des effets complètement farfelus et pervers.

François Champagne, professeur à l'Université de Montréal

M. Pétry affirme qu’il a néanmoins observé « une volonté » de la part du gouvernement Couillard de tenir ses promesses en matière de santé.

Radio-Canada a fait son propre recensement des promesses en santé au terme de la dernière session parlementaire, avant le déclenchement des élections.

Administration et budget

Le PLQ avait signifié son intention d’imposer des compressions de 1,3 milliard de dollars lors des deux premières années du mandat. Par contre, rien ne laissait présager l’ampleur des réformes qui souffleraient sur le système de santé.

L'austérité est allée plus loin que ce qui avait été promis, de ce qu'on pouvait espérer à la lecture de la plateforme.

François Pétry, professeur à l'Université Laval

Les libéraux avaient notamment promis que le budget pour la santé augmenterait de 4 % annuellement. Comme le montre ce graphique, cette promesse a été rompue au cours des deux premières années.

Pour ajouter de l’huile sur le feu, le ministère a demandé en 2016-2017 aux établissements de santé d’appliquer des « mesures d'optimisation » – lire des compressions – de 242 millions de dollars. Cela dit, le gouvernement Couillard a respecté son engagement de réduire la bureaucratie de 10 %.

Dans le cadre de la loi 10, sur la réforme du réseau et des services sociaux, 1394 cadres ont perdu leur emploi, soit 11,6 %. Par ailleurs, 4700 gestionnaires ont été réaffectés.

Le ministre Gaétan Barrette donne des explications en montrant une affiche avec un graphique.

Le ministre Gaétan Barrette, en conférence de presse en 2016.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Cette vague de départs a coûté plus de 118 millions de dollars en indemnités. De plus, l’Association des gestionnaires des établissements de santé et de services sociaux a contesté en justice un règlement du ministère de la Santé qui aurait fait passer de 24 à 12 mois l’indemnité de départ. Ce dossier n’est toujours pas réglé.

Pourtant, selon M. Champagne, le Québec n’avait pas trop de cadres en santé. « Ça fait partie de ce discours démagogique de dire : "Je coupe dans les cadres pour remettre dans les soins". C'est facile à dire, mais je ne pense pas que c'était un problème réel. » La réforme a plutôt alourdi le réseau, qui est maintenant « paralysé par la bureaucratie centrale », selon lui.

« Toutes les décisions se prennent au cabinet du ministre Barrette. [...] Les décisions se prennent par les technocrates à Québec, plutôt que par des paliers locaux », croit-il.

Une plateforme sans réforme

L’attrition de milliers de cadres était peut-être le seul véritable indice dans la plateforme des libéraux qui laissait présager l’ampleur de la réforme à venir.

« L’essentiel de la réforme n'est pas inclus dans les promesses. [...] Le Dr Barrette avait probablement en tête toutes ces idées avant d'arriver au pouvoir, mais il ne les a pas dévoilées. Il n'a pas été élu sur cette base », souligne M. Champagne.

Le projet de loi 10, adopté sous le bâillon le 7 février 2015 a aboli les Agences régionales de santé et de services sociaux et fusionné les Centres de santé et de services sociaux. Le nombre d’établissements dans le réseau est passé de 182 à 34.

L’objectif à la base était louable, affirment les professeurs François Champagne et Paul Lamarche, de l'École de santé publique de l’Université de Montréal : simplifier l'accès aux services et économiser 220 millions de dollars par année.

« Ça fait 40 ans que je travaille dans ce domaine, j'en ai vu des réformes, précise M. Champagne. Celle-là, c'est la plus farfelue et c'est certainement celle pour laquelle ça va nous prendre le plus de temps à nous relever ».

La réforme a été critiquée de toutes parts et plusieurs experts, dont M. Lamarche, professeur honoraire à l’École de santé publique de l’Université de Montréal et ex-sous-ministre de la Santé, qui affirme que cette réforme ne s’appuie pas sur des données probantes. « Le Dr Barrette a en tête l'idée que bigger is better (plus c'est gros, mieux c'est). Or, la science montre qu'au-dessus d'un certain seuil, la taille joue contre la performance ».

Les CIUSSS sont des « monstres qui sont à peu près ingérables », ajoute M. Champagne. « C'était correct d'essayer d'intégrer. On n'aurait pas dû intégrer à ce niveau-là, avec des organisations de cette taille-là. »

Le PLQ avait également promis d’éliminer la taxe santé en 2016-2017, ce qu’il a fait, deux ans plus tôt que promis.

La réforme Barrette oblige aussi les médecins de famille à prendre en charge un nombre minimal de patients et à travailler 5 jours par semaine, 42 semaines par année.

Selon des données du ministère de la Santé, les omnipraticiens ont travaillé 190,4 jours par année en 2017-2018, par rapport à 189,2 jours en 2014-2015. En fait, la moitié d'entre eux travaillent quatre jours ou moins par semaine.

Rémunération des médecins

Si la négociation controversée entourant la rémunération des médecins a fait couler beaucoup d’encre, il faut se souvenir qu’il ne s’agissait pas d’une promesse électorale. L’entente avec les médecins spécialistes venait à échéance et devait être renégociée.

Le PLQ a partiellement respecté son engagement de réformer, dès la première année de son mandat, le mode de financement du réseau.

En 2016, le ministre Barrette a entrepris une réforme pour que le financement soit axé sur les patients, plutôt que des enveloppes globales octroyées aux établissements de santé sur une base historique.

Pour y arriver, la firme australienne PowerHealth Solutions a été mandatée pour évaluer avec précision les coûts de chaque type de soin par patient. Québec promet que 16 établissements utiliseront ce système en 2018-2019, mais seulement quelques-uns y ont accès pour l’instant.

Les libéraux s’étaient aussi engagés à économiser 125 millions de dollars en négociant des ententes particulières sur le prix des médicaments, en réduisant leur prix et en mettant en place de meilleures pratiques pour leur usage. Le gouvernement Couillard a respecté ces engagements grâce à l’adoption de trois lois. Québec estime avoir réalisé des économies de 182 millions de dollars seulement en 2017-2018 pour les médicaments génériques.

De plus, grâce à une entente de principe de cinq ans entre Québec et l'Association canadienne du médicament générique, une baisse de prix de médicaments génériques a été appliquée le 8 avril 2018, soit une économie estimée à 300 millions de dollars sur cinq ans.

Hôpitaux et supercliniques

Du côté des supercliniques, la promesse d’en ouvrir 50 à travers la province est partiellement remplie. La première superclinique a ouvert à Montréal en novembre 2016. Il y en a désormais 43.

Par contre, un peu plus d’une douzaine de cliniques n’offrent pas les heures exigées par le gouvernement (12 heures par jour, 7 jours sur 7). Par contre, seule une superclinique n’a pas atteint l’objectif de 20 000 consultations par an.

Malgré tout, de nombreux Québécois qui ont un médecin de famille peinent à obtenir un rendez-vous dans un délai respectable, selon M. Lamarche.

De plus, près de 74 000 dossiers ont été refusés par les omnipraticiens entre 2016 et 2018.

C’est ce que j'appelle de se conformer aux indicateurs de performance et non aux objectifs.

Paul Lamarche, professeur à l'Université de Montréal

Le gouvernement avait également promis d’investir dans la rénovation de plusieurs hôpitaux, des engagements partiellement réalisés.

Les trois hommes visitent une salle d'opération avec une civière vide.

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette, lors de l'inauguration du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) le 7 novembre 2014, en compagnie de Normand Rinfret, président-directeur général CUSM, et Robert Card, de SNC-Lavalin.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

À Montréal, l’agrandissement de l’Hôpital Sacré-Cœur, d'abord annoncé en 2013, a commencé en décembre 2017. L’agrandissement de l’Hôpital Verdun est toujours à l’étude, alors que le PLQ promettait de « débuter sans délai la rénovation ». Selon une annonce faite en août 2018, la construction commencera en 2021. Québec a annoncé, en mars 2018, 1,8 milliard de dollars pour rénover et agrandir l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont. Cette promesse est partiellement réalisée, puisque la première étape du projet – le dossier d’opportunité – ne sera pas achevée avant 2020.

Deux autres engagements faits lors de la campagne, mais non inclus dans la plateforme libérale, n’ont pas été respectés :

  • la construction d’un hôpital dans Vaudreuil-Soulanges d’ici 2021;
  • l’agrandissement de l’urgence de Centre hospitalier du Centre-de-la-Mauricie.

Québec a reporté l’ouverture de l’hôpital dans Vaudreuil-Soulanges à 2027 et a attendu au printemps 2018 pour annoncer un investissement de 61 millions de dollars pour l’urgence à Shawinigan.

Examens au privé gratuits?

Le PLQ a en partie réussi à atteindre son objectif de rehausser l’accès à la résonance magnétique (IRM), aux examens de TDM et aux échographies et d’offrir ces trois examens – lorsqu’ils sont effectués dans les cliniques privées – gratuitement dès 2014-2015.

D’abord, on a annoncé en 2016 la gratuité des échographies effectuées au privé par un radiologiste. Par contre, il faut noter que la plupart des échographies ne sont pas couvertes, puisqu’elles sont pratiquées par des gynécologues-obstétriciens.

Par ailleurs, cette mesure aurait augmenté les délais d'attente puisque de nombreuses échographies ont été offertes sans vérification quant à leur pertinence.

Une entente entre le ministère de la Santé et la Fédération des médecins spécialistes du Québec prévoit la création d'un programme d'accès aux IRM et TDM; 15 millions de dollars seront octroyés pour faire fonctionner les équipements 16 heures par jour.

Le Dr Barrette a affirmé que les TDM et IRM seraient gratuits à partir du printemps 2018. Ce n’est toujours pas le cas.

Sages-femmes, superinfirmières et GMF

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, est à Baie-Comeau pour l'inauguration de l'agrandissement du CHSLD Boisvert.

En 2016, le Dr Barrette affirmait : « On déifie le bain […] Le bain est élevé au summum de tous les soins d’hygiène alors que ce n’est pas le cas.» En 2017, il a annoncé 36 millions pour un deuxième bain en CHSLD.

Photo : Radio-Canada

Le PLQ avait promis d’ajouter 44 groupes de médecine familiale (GMF) pour atteindre 300. Objectif réussi, puisqu’il y a présentement 325 GMF et 4 projets en évaluation.

Les libéraux s’étaient engagés à former 2000 superinfirmières – les infirmières praticiennes spécialisées (IPS) – d’ici 2024. Au 31 mars 2018, il y avait 486 IPS et environ 375 en stage, en formation ou candidates, selon l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.

Donc, il manque plus de 1500 IPS pour atteindre l’objectif – soit 265 nouvelles IPS par année pour les six prochaines années. En conséquence, l’échéance de 2024 semble difficile à respecter.

Le PLQ s’approche de son but quant à l’ajout de 125 sages-femmes en cinq ans. En 2014, il y avait 105 sages-femmes au Québec. En 2017-2018, il y en avait 215 (dont 49 temps à plein) réparties dans 12 maisons de naissance et 5 services de sage-femme.

Familles

Le parti s’était aussi engagé à ouvrir 7 nouvelles maisons de naissance pour un total de 20, permettant ainsi à 10 % des bébés d’y naître.

Le nombre de maisons de naissance n’a pas beaucoup augmenté comme prévu, mais plusieurs points de services ont été ajoutés. En 2018, selon le regroupement Les sages-femmes du Québec, il y avait 12 maisons de naissance au Québec et une en construction à Montréal, six services de sages-femmes, cinq points de services et six bureaux de consultation.

Par contre, le PLQ a tenu en grande partie sa promesse d’augmenter le nombre de centres de pédiatrie sociale de 16 à 42 centres d’ici 2020.

Présentement, 31 centres sont ouverts et 8 autres devraient ouvrir cet automne, selon la Fondation du Dr Julien.

Proches aidants et soins à domicile

Les libéraux avaient fait quatre promesses concernant les proches aidants, qui a ont été respectées en partie.

Le gouvernement Couillard n'a pas investi 5 millions de plus par année, comme promis, dans un fonds pour soutenir les proches aidants. Il a toutefois annoncé dans le budget 2018-2019 une bonification du soutien aux aidants naturels de 100 millions de dollars d’ici 2023.

Il y a eu une révision des crédits d’impôt pour les proches aidants, mais ils n’ont pas été consolidés. L’admissibilité au crédit a été élargie et le nombre d’heures pour en bénéficier a été réduit. Cependant, le PLQ n’a pas tenu sa promesse d’offrir des versements anticipés.

Le nombre de personnes qui se prévalent des crédits d’impôt reste faible, affirme Mélanie Perroux, coordinatrice générale du Regroupement des aidants naturels du Québec.

Quant à l'ajout d'une « journée compassion » pour les proches aidants, la promesse a été tenue grâce à la réforme de la Loi des normes du travail, adoptée en juin 2018. Celle-ci inclut désormais la reconnaissance du statut de proche aidant, ce qui leur donne droit à deux journées de congé par année.

En ce qui a trait aux soins à domicile, le PLQ affirmait en 2014 vouloir investir 150 millions de dollars par année pendant cinq ans.

Le ministère de la Santé a annoncé trois enveloppes : 60 millions de dollars en juillet 2016; 69 millions de dollars en mai 2017; puis 100 millions de dollars de plus en mai 2018. Le MSSS affirme que 853 millions de dollars supplémentaires ont été dépensés depuis l’élection.

Par contre, lorsqu’on analyse les données provenant des contours financiers du ministère, on remarque que les dépenses totales en services à domicile étaient de 1,264 milliard de dollars en 2013-2014 et de 1,392 milliards de dollars en 2016-2017, une augmentation de 127 millions de dollars.

Environ 6000 personnes de plus ont obtenu des soins à domicile depuis les dernières élections, une augmentation de 1,7 %. Toutefois, le nombre d'interventions chez ces patients a bondi de 36,9 % (soit plus de 4 millions d'interventions supplémentaires).

Peu de données, décisions peu éclairées

Les experts consultés indiquent qu’il est très difficile d’obtenir des données fiables et complètes sur le système de santé québécois.

« On a une stratégie de blocage stratégique par le ministère de la Santé de tout accès aux données qui pourraient permettre de porter un jugement sur la performance du système, de la réforme », avance M. Champagne

De son côté, M. Lamarche affirme que cette opacité est « immorale et antidémocratique ». « On n'est plus capable d'avoir des débats autour des vraies choses parce qu'elles sont cachées. [...] On a enlevé toutes les voix – comme le Commissaire à la santé – qui pouvaient donner une vision plus éclairée du système, donner des solutions. »

Services sociaux

Enfin, le PLQ a respecté la majorité des promesses qui touchent les services sociaux.

Par exemple, comme prévu, les libéraux ont tenu un forum contre l’intimidation et la cyberintimidation dans les 100 premiers jours du mandat, ils ont créé des campagnes de sensibilisation et ont présenté un plan d’action.

Méthodologie

Radio-Canada a compilé et analysé les promesses formulées dans la plateforme électorale du Parti libéral du Québec (Nouvelle fenêtre) de 2014.

  • « Réalisée » : promesse entièrement remplie.
  • « Partiellement réalisée » : promesse en bonne voie d’être remplie.
  • « Non réalisée » : promesse bloquée par l’opposition, ou qui n’a donné lieu à aucune action officielle, ou qui a été suspendue à la fin des travaux à l’Assemblée nationale.

Avec les informations de Gabrielle Proulx

Politique provinciale

Politique