•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Thunder Bay ne veut pas la responsabilité de la centrale hydro-électrique de Current River

Le barrage sur Boulevard Lake à Thunder Bay.
Le barrage sur Boulevard Lake à Thunder Bay. Photo: Radio-Canada / Caroline Bourdua

La municipalité du Nord-Ouest en Ontario conteste le fait qu'un permis modifié lui ayant été accordé la rend responsable en totalité du barrage situé sur Boulevard Lake. La Ville explique que le débit d'eau est aussi relié à la centrale de Current River, une infrastructure sur laquelle elle n'exerce aucune autorité.

Le directeur du ministère de l’Environnement a donné à la fin du mois d’avril, un permis qui énumère les conditions sous lesquelles la Ville peut exploiter le barrage.

Le permis la force notamment à gérer le niveau d’eau de surface et de maintenir un débit minimal continu en aval du tronçon de dérivation et du canal de la centrale Current River, adjacent au barrage.

À son avis, Thunder Bay n’a pas autorité sur la centrale et elle ne la veut pas non plus, indique l’avocat expert en environnement Rodney Northey qui représente les intérêts de la Ville.

Barrage de Boulevard Lake à Thunder Bay. Selon la Ville, le permis modifié la rend responsable de la centrale de Current River, alors qu'elle ne l'est pas. Photo : CBC/Matt Prokopchuk

Selon lui, un tel permis rend la municipalité responsable de la centrale hydro-électrique, en plus du barrage.

C’est pourquoi elle demande un permis séparant les activités du barrage de Boulevard Lake à celles de la centrale Current River, exploitée par Robert Whiteside.

Une vieille histoire

Le barrage Boulevard Lake à Thunder Bay. La ville de Thunder Bay est propriétaire du barrage de Boulevard Lake et elle veut un permis distinct de la centrale hydro-électrique de Current River, adjacente au barrage. Photo : Radio-Canada / Caroline Bourdua

La controverse au sujet du partenariat hydro-électrique de Current River remonte à 2010.

Selon l’appel déposé par la Ville, Thunder Bay avait été accusée de trois infractions en vertu de la Loi sur les ressources en eau de l’Ontario.

Les faibles niveaux d’eau avaient mené à la mort d’éperlans à l’embouchure de Current River.

D’ici une décision du tribunal d’appel environnemental, la ville de Thunder Bay veut un sursis du permis modifié dans lequel les priorités ne sont plus précisées.

Avec les informations de CBC

Nord de l'Ontario

Politique municipale