•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Grand Séminaire de Montréal ouvre ses portes au public

La chapelle du Grand Séminaire a été classée patrimoniale par le gouvernement du Québec en 2016.
La chapelle du Grand Séminaire a été classée patrimoniale par le gouvernement du Québec en 2016. Photo: Radio-Canada / René Saint-Louis
Radio-Canada

Les Montréalais sont de plus en plus friands de patrimoine et l'un des lieux les plus chargés d'histoire sur l'île ouvre ses portes au public. Les Sulpiciens offrent jusqu'au 5 août des visites guidées du Grand Séminaire. Il est même possible pour la première fois de descendre à la crypte.

Un texte de René Saint-Louis, journaliste à l'émission Le 15-18

Situé à flanc de montagne, le domaine des Sulpiciens est entouré de mystère. Dans la rue Sherbrooke Ouest, on l'aperçoit à travers les murets de pierre et les grilles de fer forgé, mais rares sont les occasions d'y entrer.

C'est en partie pour lever ce mystère que les Sulpiciens ouvrent leur demeure, affirme le directeur du Département de théologie à l'Institut de formation théologique de Montréal et administrateur des Sulpiciens, le prêtre Guy Guindon.

La volonté d'ouverture, c'est de partager notre richesse patrimoniale avec les gens. Et de partager aussi un espace qui peut pour plusieurs personnes rester un peu mystérieux. Alors on ouvre un peu le mystère de notre vie aux gens qui veulent bien le partager.

Guy Guindon, prêtre
Guy Guindon devant le bassin.L'administrateur des Sulpiciens, le prêtre Guy Guindon, devant l'ancien bassin de rétention d'eau. Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Serti dans un grand parc de verdure où poussent des arbres plus que centenaires, le domaine englobe le Grand Séminaire, construit en 1857, ainsi que le Collège de Montréal, construit en 1870.

Dans le cadre des journées portes ouvertes, le public a accès aux biens patrimoniaux classés. Il s'agit, à l'extérieur, des vestiges de l'ancien fort de la Montagne, dont seuls les deux bastions construits en 1684 subsistent.

Un groupe devant la maquette située dans une vitrine.Le conservateur au département des biens mobiliers d'Univers culturel de Saint-Sulpice, Jean Rey-Regazzi, devant une maquette du fort de la Montagne. La maquette est située dans le bastion est du fort. Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

À l'intérieur, le public peut visiter la grande chapelle, considérée comme le joyau du Grand Séminaire. L’escalier monumental ainsi que la crypte où sont enterrés les prêtres font aussi partie des lieux classés accessibles pendant la visite.

La crypte du Grand Séminaire.La crypte du Grand Séminaire. Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Environ 250 sulpiciens sont enterrés dans la crypte, précise la technicienne au département des biens mobiliers d'Univers culturel de Saint-Sulpice, Pascale Bergeron. Les prêtres n'y sont plus enterrés par manque d’espace.

« Certaines croix ont même dû être enlevées pour faire de la place et les noms des prêtres ont simplement été inscrits sur de grands panneaux pour garder mémoire de leur présence ici », raconte-t-elle.

Le reportage de Louis-Philippe Ouimet

Les visites ont lieu du mercredi au dimanche jusqu'au 5 août. Le coût du billet est de 13 $ et les visites se font à heures fixes, soit 13 h et 15 h.

Le conservateur au département des biens mobiliers d'Univers culturel de Saint-Sulpice, Jean Rey-Regazzi, rappelle que le Grand Séminaire est un lieu habité et un lieu d'enseignement pour les futurs prêtres. Dix-sept séminaristes y sont en formation. Il y a donc un équilibre à préserver entre le patrimoine à faire découvrir et le milieu de vie des religieux.

Grand Montréal

Croyances et religions