•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lente guérison de Baie-Johan-Beetz, 5 ans après le feu de forêt

Des arbres brûlés sur les côtés d'une rivière

L'incendie de forêt de Baie-Johan-Beetz (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En 2013, Baie-Johan-Beetz échappait de justesse à un feu de forêt qui brûlait, tout juste au nord du village. Le feu a consumé une superficie plus grande que l'île de Montréal. Cinq ans plus tard, les conséquences de l'incendie se font toujours sentir dans cette municipalité de la Minganie.

Un texte de Laurence Royer

Lorsqu’ils ont été évacués, les résidents de Baie-Johan-Beetz ont bien cru ne jamais revoir leur village. C’est entre autres le cas de Jean-Marie Tanguay, qui était, à l’époque, le gérant du club de pêche de la rivière de Watshishou, à quelques kilomètres de là.

Il affirme qu’aujourd’hui, l’incendie est encore bien présent dans la mémoire des Baie-Johannais.

Il y a beaucoup de gens, et moi aussi, qui en rêvent la nuit.

Une citation de Jean-Marie Tanguay, citoyen de Baie-Johan-Beetz
Jean-Marie Tanguay

En 2013, Jean-Marie Tanguay était le gérant du club de pêche de la rivière Watshishou

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Le camp de pêche de Jean-Marie Tanguay a brûlé avec la forêt, mais le village, lui, a connu un meilleur sort. Baie-Johan-Beetz a été épargné par les flammes et l’ensemble des résidents s’en sont sortis indemnes.

Malgré tout, le brasier qui a ravagé plus de 500 kilomètres carrés de forêt a laissé sa marque, indique le maire, Martin Côté.

Quand il y a un feu proche, les gens sont inquiets un peu.

Une citation de Martin Côté, maire de Baie-Johan-Beetz
Des arbres brûlés à Baie-Johan-Beetz

Des arbres brûlés à Baie-Johan-Beetz (archives)

Photo : Radio-Canada

Conséquences économiques

L'incendie a aussi eu des impacts économiques.

Le club de pêche de la rivière de Watshishou a durement subi les contrecoups du feu de forêt. Le maire affirme qu’environ la moitié des chalets qui bordaient la rivière ont brûlé et que seulement quelques-uns d’entre eux ont été reconstruits. Ça faisait de l’activité économique au village, explique-t-il. La pourvoirie vient d’être revendue, il va peut-être y avoir un nouvel élan, mais ça a cogné dur.

Cependant, cinq ans plus tard, les pêcheurs sont au rendez-vous, affirme le gardien de la rivière, Louis Tanguay.

Par ailleurs, la municipalité a tenté de tirer profit des arbres incendiés, mais sans succès. Ce bois-là, on a essayé de faire quelque chose avec, affirme le maire. Il n’a aucune valeur, que ce soit des granules, de la biomasse.

Martin Côté

Martin Côté était maire de Baie-Johan-Beetz en 2013.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau


Lente guérison

Les conséquences de l’incendie s’estompent tranquillement. La végétation reprend lentement ses droits et offre quelques belles surprises aux résidents de Baie-Johan-Beetz. Jean-Marie Tanguay se réjouit devant ses impressionnantes récoltes de bleuets.

On va voler la vedette au Lac-Saint-Jean.

Une citation de Jean-Marie Tanguay, citoyen de Baie-Johan-Beetz

Depuis 2014, Baie-Johan-Beetz fait partie de la zone de protection dite intensive de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU). Les pompiers forestiers doivent désormais intervenir rapidement si un incendie menace la municipalité.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Côte-Nord

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Côte-Nord.