•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La stratégie de la SQ après la découverte des ossements de Cédrika

Cédrika Provencher lors de sa disparition à l'âge de 9 ans.

Cédrika Provencher lors de sa disparition à l'âge de 9 ans

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

La Sûreté du Québec (SQ) a mis en branle un plan d'action pour pousser Jonathan Bettez à faire des révélations sur Cédrika Provencher, après la découverte de ses ossements en 2015. Des révélations que l'on voulait capter grâce aux dispositifs d'écoute installés par les policiers.

Un texte de Maude Montembeault et de Sarah Désilets-Rousseau

Au cœur de la mission des policiers : tenter de soutirer des aveux à Jonathan Bettez à la suite de la découverte des ossements en 2015. Les enquêteurs de la Sûreté du Québec ont fait le pari que leur stratégie fonctionnerait.

C’est ainsi qu'ils ont obtenu un mandat pour installer des dispositifs d’écoute électronique et de localisation dans son véhicule.

Voici le plan des enquêteurs :

  • Fouiller l’entreprise Emballages Bettez et ses ordinateurs;
  • Laisser un message à Jonathan Bettez relativement à sa possible implication dans la disparition de Cédrika;
  • Obtenir le flot Internet de sa navigation;
  • Médiatiser la remise des ossements de Cédrika à sa famille;
  • Médiatiser de nouvelles recherches sur le lieu de la découverte des ossements;
  • Rencontrer les membres de la famille Bettez en établissant des rapprochements entre la consommation présumée de pornographie juvénile et le dossier de Cédrika Provencher;
  • Rencontrer les amis proches.

Après la découverte des ossements

Dans les jours suivant la découverte des ossements, les policiers remarquent que Jonathan Bettez passe la plupart de ses nuits chez ses parents.

Quatre mois plus tard, son cellulaire s’est retrouvé pendant une semaine en Colombie-Britannique, apprennent les enquêteurs grâce à l’analyse de la localisation des tours cellulaires. Les dispositifs installés dans sa voiture démontrent qu’au même moment, elle est stationnée à l’aéroport Montréal-Trudeau.

Avant la découverte des ossements

Entre le 15 juin 2015 et le jour de la découverte des ossements, le 11 décembre 2015, la Sûreté du Québec entreprend une nouvelle opération de surveillance reposant essentiellement sur de la filature. Cette mission a permis aux policiers de mettre à jour des informations de base sur Jonathan Bettez. La suite du document est caviardée par la poursuite.

Au sujet de ce plan d'action, rien dans les documents obtenus par Radio-Canada ne démontre que l'opération a été concluante.

D'autres détails sur l'Acura rouge

Les policiers de la Sûreté du Québec se sont intéressés de près à l'Acura TSX rouge 2004 de Jonathan Bettez, rapidement après la découverte des ossements de Cédrika Provencher. Ce véhicule est devenu un élément important de l'enquête.

Le 6 septembre 2007, Jonathan Bettez s’est présenté lui-même au poste de commandement érigé par la Sûreté du Québec. Selon les enquêteurs, il a fourni une déclaration écrite et a accepté que les policiers fouillent son véhicule. Toutefois, le véhicule était au garage du 4 au 7 septembre, chez un carossier. Les documents ne précisent pas s'ils ont fait une fouille du véhicule à ce moment.

Entre 2007 et 2009, Jonathan Bettez a été vu au volant de cinq véhicules différents selon la Sûreté du Québec. Durant cette même période, il n’a toutefois jamais été revu au volant de son Acura.

Jonathan Bettez aurait « fait disparaître » sa voiture, en raison de la médiatisation du véhicule, selon un témoin dont le lien avec Jonathan Bettez est caviardé.

Selon un enquêteur qui a effectué une recherche dans un registre de la SAAQ concernant le véhicule, Emballages Bettez a vendu le véhicule le 13 mai 2008 au Centre de l’automobile Mauricie Inc.

Jonathan Bettez ne fait l'objet d'aucune accusation liée à la disparition de Cédrika Provencher. Il fait face à 10 chefs d'accusation de possession de pornographie juvénile et d'accès à celle-ci. Les allégations contenues dans ces documents assermentés n'ont pas été prouvées devant un tribunal.

Mauricie et Centre du Québec

Procès et poursuites