•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Surfer sur les Grands Lacs

Surfer à Kincardine, sur le lac Huron
Radio-Canada

La culture du surf se développe rapidement en Ontario. De nombreux adeptes de partout en province et du nord des États-Unis sont fréquemment à la recherche des meilleures vagues sur les Grands Lacs. Les lacs Huron et Érié, notamment, offrent des conditions excellentes, surtout en hiver!

Un texte de Marie-Hélène Ratel

Oui, il est possible de surfer en eau douce en Ontario sans avoir à se déplacer beaucoup. Cependant, peu de gens le savent : la première image qui vient en tête en pensant à ce sport est souvent l’océan.

Un surfeur sur une vague.L'hiver est la saison de prédilection des surfeurs des Grands Lacs. Les vagues se font beaucoup plus rares en été. Photo : Ryan Osman

Kincardine, sur les rives du lac Huron au sud de la péninsule Bruce, est devenu un lieu très convoité par les surfeurs depuis quelques années.

Les passionnés de surf consultent de façon compulsive les prévisions météo parce que la qualité des vagues dépend entièrement de la direction et de la force des vents.

C’est en constatant le développement d’une culture du surf dans la région que Tara Coates a ouvert, il y a deux ans, la première boutique de location de planches.

Elle remarque maintenant que l’engouement pour le sport prend de l'ampleur.

SurfSup Eco Shop, la première boutique de surf à Kincardine à offrir des locations de planches.SurfSup Eco Shop, la première boutique de surf à Kincardine à offrir des locations de planches. Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Tara Coates s'est d'ailleurs donné une mission : communiquer sa passion pour le surf en eau douce avec le plus de monde possible.

Les gens n’ont pas besoin de voyager loin. Ils peuvent conduire deux heures et surfer des vagues fantastiques.

Tara Coates, propriétaire et fondatrice de SurfSup Eco Shop

Les surfeurs viennent pour la plupart de la grande région de Toronto, de Guelph et de Waterloo. Une communauté locale est aussi en train de se créer.

Deux surfeurs sur la plage regardent les vagues.La plupart des surfeurs se connaissent et se retrouvent régulièrement. Ryan Osman a développé sa passion pour le surf sur les Grands Lacs il y a deux ans. Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Ryan Osman, de Guelph, a développé sa passion pour le surf sur les Grands Lacs au cours des deux dernières années.

Originaire de l’île Maurice, il aime se retrouver sur le bord de l’eau bleue du lac Huron, qui lui rappelle ses origines.

Le lac Huron est très puissant. Il faut travailler dur pour avoir de belles vagues. Le lac Érié est plus calme, plus doux et beaucoup plus chaud.

Ryan Osman, surfeur

Septembre est un mois particulièrement achalandé pour les surfeurs, mais c'est en hiver que les vagues sont les plus fortes.

Il s'agit en effet de la plus importante saison de surf pour ceux qui ont les reins assez solides, alors qu'ils doivent affronter les intempéries.

Kincardine, sur les rives du lac Huron, est un endroit de prédilection pour les surfeurs.Kincardine, sur les rives du lac Huron, est un endroit de prédilection pour les surfeurs. Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Le surfeur Aurélien Bouché-Pillon carbure à cette adrénaline. Français d'origine, il a immigré aux États-Unis il y a 12 ans. Depuis, il contribue grandement à faire rayonner la culture du surf sur les Grands Lacs.

Le plus excitant, c'est la poursuite des tempêtes. Ça sort du commun. Le risque le plus fou, c'est lorsqu'on conduit. Les routes peuvent être plus dangereuses que les vagues!

Aurélien Bouché-Pillon, surfeur

En été, les vagues se font plutôt rares, surtout lors de périodes de grande chaleur.

Toronto

Surf