•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avenir de certains phares toujours incertain

L'île Bicquette et son phare
L'île Bicquette et son phare Photo: Radio-Canada / Pierre-Luc Bélanger
Radio-Canada

Le 13 juillet marque la 3e Journée québécoise des phares. Malgré cette journée de commémoration, la préservation de certains phares du fleuve Saint-Laurent demeure incertaine.

Un texte de Marie-Christine Rioux

Le financement manque pour l’entretien de certains de ces bâtiments devenus désuets avec l’arrivée de technologies qui facilitent la navigation des bateaux tels les GPS.

La présidente de la Corporation des gestionnaires de phares de l'estuaire et du golfe Saint-Laurent, Lucie Bergeron, estime qu'il sera impossible de tous les sauver.

Si certains phares, comme ceux La Martre ou de Cap-D'Espoir seront vraisemblablement cédés à la communauté bientôt, l'avenir de plusieurs autres demeure flou.

 On ne peut pas sauver tous les phares, mais ce qu’on voudrait, c’est de sauver au moins les objets significatifs des époques des stations phares. 

Lucie Bergeron, présidente de la Corporation des gestionnaires de phares de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent

Mme Bergeron croit cependant qu'il est important de conserver certains artefacts provenant de ces stations maritimes comme les canons du phare de l'île Bicquette et les lentilles du phare de Cap-Blanc.

3e Journée québécoise des phares

Plusieurs activités sont proposées dans différents phares, dont ceux de Pointe-au-Père, de Cap-des-Rosiers, de Pointe-des-Monts et de l'Île-Verte, le plus ancien des phares du Saint-Laurent.

Exceptionnellement, une visite guidée du phare de Pointe-au-Père est prévue en soirée, entre 18h30 et 21h.

Le phare de Métis-sur-MerLe phare de Métis-sur-Mer Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Voir le coucher du soleil, du haut du phare, c’est fabuleux. Mais comme c’est très attractif, il faut arriver tôt si on veut en profiter, explique la gestionnaire du Lieu historique national du Phare-de-Pointe-au-Père, Cindy Larouche.

Le phare de Pointe-au-Père, construit en 1909, est le deuxième plus haut au Canada. Il mesure 33 mètres.

Le plus haut est celui de Cap-des-Rosiers, en Gaspésie, avec ses 34 mètres.

Le phare de Pointe-des-MontsLe phare de Pointe-des-Monts Photo : Radio-Canada

Créée en 2016, la Journée québécoise des phares vise à faire découvrir ou redécouvrir au public les différentes structures situées près du fleuve Saint-Laurent.

Bas-Saint-Laurent

Société