•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libéraux reportent à 2019 la fin des stages non rémunérés

Des stagiaires dans un laboratoire

Le gouvernement Trudeau s'était engagé à ce que les stagiaires soient traités comme les employés permanents.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Les libéraux de Justin Trudeau ne respecteront pas leur promesse de mettre fin aux stages non rémunérés avant l'année prochaine, près de quatre ans après que l'enjeu eut été mis une première fois à l'ordre du jour du gouvernement fédéral.

Dans le budget de 2017, les libéraux promettaient d'éliminer les stages non rémunérés dans les environnements de travail à réglementation fédérale, avec la seule exception pour les placements d'étudiants dans le cadre d'un programme scolaire.

Les stagiaires seraient traités comme les employés permanents, avec les mêmes heures de travail et les mêmes règles de santé et sécurité.

Les responsables affirment désormais qu'il faudra attendre à l'automne 2019 aux alentours des prochaines élections fédérales, lorsqu'Ottawa dévoilera la dernière série de réglementations et la date de l'entrée en vigueur des nouvelles règles.

Le Cabinet aura le dernier mot sur le moment de la mise en vigueur des nouvelles règles.

Le président du Congrès du travail du Canada, Hassan Yussuff, s'est demandé pourquoi les libéraux n'ont pas encore mis en place les réglementations sur les stages non rémunérés, ajoutant qu'ils avaient pourtant « agi immédiatement après leur élection sur cet enjeu ».

Depuis leur élection, les libéraux ont fait valoir des dépenses visant à créer plus d'emplois pour les jeunes, notamment la multiplication par deux du financement pour le programme d'emplois d'été, et de l'argent dans des stages et des mentorats, dans l'espoir de respecter les promesses de campagne leur ayant valu le soutien de bon nombre de jeunes électeurs.

La porte-parole du Nouveau Parti démocratique en matière d'emploi, Niki Ashton, a accusé les libéraux de ne pas joindre les actes à la parole sur un enjeu crucial pour les jeunes Canadiens.

« Il n'y a pas d'excuse pour ne pas avoir fait ce changement plus tôt », a-t-elle soutenu.

Politique fédérale

Politique