•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'incendie de Labrieville n'est toujours pas éteint

Une vue aérienne montre une forêt à demi brûlée par un incendie qui n'est toujours pas maîtrisé à Labrieville. On aperçoit un hélicoptère des pompiers forestiers qui travaillent dans ce secteur.
Certains secteurs de travail des pompiers forestiers qui concernent l'incendie de Labrieville. Photo: Radio-Canada

Plus de deux semaines après s'être déclaré, l'incendie de Labrieville n'est toujours pas éteint. Il est contenu depuis plus d'une semaine, mais le travail de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) n'est pas terminé dans cette région de la Côte-Nord.

Une visite en hélicoptère a permis d'observer les taches de forêt brûlée et la fumée toujours visible sur les 130 kilomètres carrés de forêt calcinée. Si les flammes ne sont plus visibles, de nombreux points chauds sont surveillés.

Vue aérienne sur des taches de forêt brûlée.On voit des parcelles de forêt qui ne sont pas touchée par l'incendie, mais la majeure partie de l'image est occupée par une forêt incendiée. Vue aérienne sur les taches de forêt brûlée Photo : Radio-Canada

Le gestionnaire de la section des opérations, Frédéric André, explique que l'odorat est particulièrement utile pour détecter les points chauds qui subsistent à l'intérieur du sol. « On va également faire des missions de thermovision, au niveau infrarouge. En vol en hélicoptère à basse altitude, on va aller détecter encore plus finement les points chauds qui subsistent à l'intérieur du sol », ajoute-t-il.

On voit un homme avec un casque et un équipement. Il se trouve sur les lieux d'un incendie de forêt où il s'occupe des opérations. Il s'agit de Frédéric André.                             Frédéric André, gestionnaire de la section des opérations, SOPFEU Photo : Radio-Canada

Même si l'incendie est circonscrit, environ 160 employés de la SOPFEU sont toujours actifs.

L'agente à la prévention et à l'information de la SOPFEU, Isabelle Gariépy, est optimiste quant aux avancées des opérations.

On voit une femme qui porte un casque de sécurité et un vêtement de sécurité. Elle se trouve sur les lieux d'un incendie de forêt. Au loin, on aperçoit les arbres calcinés d'une forêt.                               Isabelle Gariépy, agente à la prévention et à l'information, SOPFEU Photo : Radio-Canada

On fait de petites avancées. C'est quand même 111 kilomètres de périmètre.

Isabelle Gariépy, agente à la prévention et à l'information, SOPFEU

À ce stade-ci, les avions-citernes ne sont plus utilisés. Les hélicoptères larguent tout de même de bonnes quantités d'eau sur des points précis, et les pompiers sont à l'oeuvre au sol.

Deux personnes sont assises dans un hélicoptère. Elles observent au loin les taches de forêt brûlée par un incendie. Vue aérienne sur les taches de forêt brûlée par l'incendie de Labrieville Photo : Radio-Canada

Selon M. André, la difficulté, c'est que ce sont « plein de patchs brûlées dans du vert ». « C'est beaucoup de déplacements et de recherche. Il faut réinstaller le matériel pour faire une petite patch, se redéplacer, réinstaller, etc. », poursuit-il.

Il explique que les pompiers travaillent soit avec une motopompe qu'ils installent dans un point d'eau naturel afin d'en transporter jusqu'au point en combustion, soit avec des outils manuels lorsqu'il s'agit de plus petits points chauds.

On voit des racines d'arbres calcinées par un incendie forestier.     Les racines des arbres touchés par l'incendie de Labrieville Photo : Radio-Canada

Villégiateurs en attente

La route 385 a été rouverte, mais de vastes secteurs forestiers demeurent interdits d'accès. Impossible pour de nombreux détenteurs de baux de villégiature d'aller constater les dommages sur place.

« On entre un peu sur le territoire interdit quand on arrive près du complexe de Labrieville », explique Mme Gariépy.

Une permission de passer sur le territoire de la route 385 donne accès à leur chalet aux personnes qui demeurent dans le nord du territoire, ajoute-t-elle.

Vue aérienne sur une forêt ravagée par un incendie. Il n'y a plus de flammes, seulement un peu de fumée qui s'échappe de la forêt. Un hélicoptère survol les lieux.          L'incendie de Labrieville Photo : Radio-Canada

La météo est présentement favorable au travail des pompiers, mais personne ne sait quand l'incendie pourra être maîtrisé et éteint.

D'après les informations de Marlène Joseph-Blais

Côte-Nord

Feux de forêt