•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle Cathédrale, « coup de génie de Gaboury »

Radio-Canada

Les cathédrales de Saint-Boniface n'ont pas eu la vie facile. Celle qui a brûlé en 1968 n'est pas la première des églises construites sur ce site à avoir connu un destin funeste. Mais, comme le dit l'écrivain Roger Léveillé, si l'incendie « a été un désastre », il a aussi été « un merveilleux tremplin pour l'avenir ».

Après l’incendie qui a laissé comme héritage les ruines magnifiques de l’ancienne cathédrale de pierre, c’est à Étienne Gaboury qu’a été confié le mandat de construire, sur le site, le nouveau lieu de culte. L’architecte décide d’ériger l’édifice sur les ruines de l’ancien, ce que Roger Léveillé qualifie de véritable « coup de génie ».

« Il décide de conserver l’ancien [...] et d’intégrer le nouvel édifice à l’intérieur », explique l’écrivain et éditeur, qui a supervisé pour le compte des Éditions du Blé l’ouvrage Étienne Gaboury de Faye Hellner, livre qui rassemble en photos les principales réalisations de l’architecte franco-manitobain.

Roger Léveillé souligne certains des éléments marquants de la cathédrale réalisée par Gaboury : une entrée principale qui sert de lieu de passage de l’ancien (les ruines de la vieille église) au présent; une utilisation de l’espace, de la lumière, des vitraux, qui en font un « lieu pour élever l’esprit du croyant »; une mise en place des éléments qui élimine les divisions entre les croyants et l’officiant.

Réalisée dans l’esprit du renouveau liturgique propre à Vatican II, la cathédrale s’inscrit dans une pensée spirituelle qui « suit l’évolution de l’Église catholique », mentionne Roger Léveillé. Mais elle respecte aussi, dans sa conception, le fait qu’elle se « situe sur le territoire des Premières Nations et sur les terres ancestrales des Métis ».

La Vierge Marie en mocassins et le Christ en résurrection qui accueille tout le monde, c’est formidable.

Roger Léveillé

Comme le fait remarquer Roger Léveillé, le vieux Saint-Boniface est rempli de monuments qui rappellent la colonie, entourés des oeuvres architecturales plus modernes d'Étienne Gaboury, qui a ainsi contribué à façonner le visage actuel du quartier.

Architecture

Société