•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pas de plus en Gaspésie vers des huîtres 100 % québécoises

Bébés huîtres minuscules, mesurant de 1, à 2 millimètres.
Les huîtres sont encore toutes minuscules, mais grossissent très vite. Photo prise au microscope binoculaire. Photo: courtoisie Fermes marines

Les résultats des tests effectués par Fermes marines du Québec en vue de l'élevage d'une huître entièrement québécoise sont très prometteurs. L'entreprise de Chandler, qui cultive des pétoncles et des algues, compte aller de l'avant avec son projet.

Un texte de Brigitte Dubé

Ce printemps, l’entreprise avait lancé l’élevage d’œufs, qui se sont reproduits au-delà des espérances de son président, Jean- Philippe Hébert.

On a largement dépassé les taux de survie auxquels on s’attendait, commente-t-il. On a obtenu plusieurs millions de spécimens. On en avait même trop et on a dû se départir de presque la moitié du lot parce qu’on n’avait pas de place pour les mettre en élevage.

On sait maintenant qu’on est capables et on sait qu’il y a un marché.

Jean- Philippe Hébert, président de Fermes marines du Québec

Jean-Philippe Hébert compte augmenter la capacité de ses équipements pour passer à la deuxième et à la troisième étape de production.

Bébés huîtres dans une main.La photo avec la main donne une idée de l'ordre de grosseur. Photo prise en fin de semaine dernière. Les huîtres ont déjà beaucoup grandi depuis. Photo : courtoisie Fermes marines

Il a même pu constater que les huîtres grossissent beaucoup plus vite que les pétoncles, sa production de prédilection.

Les huîtres ont atteint, en moins de quatre semaines, la taille que nos pétoncles prennent trois mois à atteindre.

Jean- Philippe Hébert, président de Fermes marines du Québec

Il précise que les bébés huîtres mesurent actuellement de deux à trois millimètres. Les plus gros sont à sept ou huit millimètres.

Bébé huître mesurant un millimètre.Photographié au microscope, ce bébé huître mesure un millimètre. Photo : courtoisie Fermes marines

Perspectives dans la baie de Gaspé

Fermes marines du Québec prévoit produire 5 millions de bébés huîtres pour cette année. La production est destinée à des éleveurs.

Toutefois, l’entreprise en conservera une certaine quantité pour expérimenter l’élevage jusqu’à terme, dans la baie de Gaspé, où l'eau est plus chaude. Les huîtres pourront se rendre à maturité dans deux à trois ans environ.

Si on démontre que l’élevage est possible dans la baie de Gaspé, peut-être que d’autres entreprises pourraient être intéressées à faire l’élevage.

Jean- Philippe Hébert, président de Fermes marines du Québec

Une question de goût

Pour faire ses tests, Fermes marines a sélectionné des géniteurs provenant du Nouveau-Brunswick. Mais étant donné les bonnes perspectives, l’entreprise souhaite reprendre le processus avec des géniteurs des Îles-de-la-Madeleine.

L'entreprise mise sur une souche d’huîtres qui avait été importée aux Îles-de-la-Madeleine il y a une quarantaine d’années, ce qui lui permettra de s’approcher de son but de produire les premières huîtres 100 % québécoises. On ne voulait pas aller piger tout de suite dans le stock des Îles-de-la-Madeleine et les utiliser à mauvais escient, explique M. Hébert.

De 300 à 500 000 bébés huîtres dans une assiette.Il y a entre 300 et 500 000 bébés huîtres dans cette assiette. Photo : courtoisie Fermes marines

D’autres entreprises en Gaspésie et aux Îles (dont Les huîtres William Bujold à Carleton-sur-Mer) élèvent déjà des huîtres, mais importent leurs naissains du Nouveau-Brunswick.

Selon M. Hébert, le marché de l’huître est excellent au Québec et les consommateurs sont des connaisseurs. Il y a des bars à huîtres, mentionne-t-il. Chacune a un goût différent selon son origine. Les amateurs aiment les comparer pour choisir celles qu’ils préfèrent.

Avoir une huître québécoise qui est élevée à deux endroits en Gaspésie et deux autres aux Îles permettrait d’ajouter à la diversification de l’offre, croit le président.

M. Hébert indique aussi que l’huître est un produit relativement facile à exporter. Il ajoute que le marché est très ouvert, justement parce que les gens aiment découvrir différents goûts.

Fermes marines prévoit acquérir d’autres équipements pour augmenter la production. Idéalement, l’entreprise lancerait un élevage à chaque année pour en produire une certaine quantité.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Alimentation